Actualités du CQMF

Caroline Laberge, M.D., CCMF, FCMF

Mot de notre présidente, la Dre Caroline Laberge, publié le 24 février 2021, dans ProfessionSanté.

2007 est l’année de naissance de ma fille aînée. C’est aussi l’année où a été commercialisé le tout premier iPhone d’Apple qui lançait la révolution numérique accélérée que nous vivons aujourd’hui. Jonction entre téléphone et ordinateur aux possibilités infinies, il a changé notre monde et la façon dont nous communiquons, dont nous accédons aux informations, et les interactions sociales de façon générale.

Alors que nous sommes certainement tous propriétaires d’un appareil semblable, nous serions bien incapables de revenir en arrière, de ne plus avoir toutes les réponses au bout des doigts et de ne pas être joignables en tout temps. Mais qu’en est-il des effets délétères de cette technologie?

Risques pour la santé et dépendance

J’étais un peu perplexe en apprenant, via la biographie de Steve Jobs, qu’il en interdisait strictement l’utilisation à ses propres enfants… Pourquoi? Il connaissait trop bien les risques inhérents à la santé physique et mentale, dont un grand risque de dépendance.

Saviez-vous que plusieurs jeux vidéo, des émissions pour enfants et les médias sociaux sont conçus spécifiquement pour créer une dépendance, via un système de récompenses? En effet, lorsque nous recevons une récompense, que ce soit par un «like», un cadeau dans les jeux pour enfants, ou un niveau réussi dans un jeu, notre cerveau sécrète de la dopamine, l’hormone du plaisir. Plus la recherche de plaisir augmente, plus elle perturbe le cerveau. Graduellement, les niveaux de sérotonine et de noradrénaline fluctuent, affectant notre humeur, notre empathie, et perturbant les relations humaines. De plus, le rythme immédiat et accéléré n’est pas celui de la vie normale, et certaines personnes finissent par « s’ennuyer » dans leur quotidien qui n’est pas assez rapide pour les stimuler. Le documentaire The Social Dilemma, disponible sur Netflix, lève un voile sur la face cachée des réseaux sociaux et devrait nous inciter à limiter, sinon éviter, le temps passé à naviguer sur ceux-ci.

Les écrans et particulièrement les téléphones intelligents entraînent aussi une croissance du multitâche; on pense que ça augmente notre productivité, mais en fait c’est le contraire! Même chez les jeunes de la génération Z dont on dit qu’ils sont meilleurs dans le multitâche, il est démontré qu’un fractionnement de l’attention diminue celle-ci et augmente le risque d’erreurs. Combien de fois j’ouvre mon téléphone pour vérifier la météo et je suis alors attirée par la pastille rouge sur mes courriels ou mes textos, je vois une photo de mes enfants qui me fait sourire, je note une pensée dans ma liste de choses à faire et je referme mon téléphone… sans avoir vérifié la météo!

Écrans piégés

En cette période de pandémie où la distanciation physique est de mise, nous pouvons nous réjouir d’avoir accès au télétravail, à l’école en ligne et à nos rencontres sociales virtuelles, mais il faut tout de même encadrer l’usage des écrans chez nos enfants ‒ et chez nous-mêmes! ‒ pour en limiter les effets nuisibles. L’INSPQ a produit en mai dernier un excellent document synthèse sur l’état des connaissances et des recommandations concrètes pour les familles. Les risques sur la santé physique, psychosociale et développementale y sont détaillés pour les jeunes de 0-5 ans, puis chez les jeunes d’âge scolaire et les adolescents. J’en ai fait un tableau synthèse que je remets régulièrement à mes patients lors des suivis, intégré aux recommandations sur une saine alimentation et la pratique d’activité physique.

Un autre aspect sombre du temps passé sur les écrans individuels par les adolescentes et adolescents est le risque d’être victime de cyberintimidation ou d’être pris dans un réseau d’exploitation sexuelle de mineurs. Les témoignages percutants sur le travail de la DPJ dans La Presse ces jours-ci donnent froid dans le dos sur les horreurs dans lesquelles peuvent être plongés des jeunes tout à fait sains à la base.

Jeûne électronique

Les connaissances médicales évoluent continuellement dans le domaine des effets nuisibles des écrans, et l’apparition du terme syndrome de l’écran électronique (SEE) décrit un ensemble de symptômes physiques et comportementaux, allant de l’insomnie à l’irritabilité, à la dépression et l’anxiété. J’ai lu récemment le livre Enfants difficiles, la faute aux écrans?, écrit par une pédopsychiatre américaine, Victoria Dunckley. Véritable remise en question devant notre utilisation personnelle et familiale des écrans, ces notions me seront très utiles en clinique pour plusieurs de mes patients. La dénomination commune est l’amélioration notable voire la disparition des symptômes en retirant de façon stricte les écrans (le jeûne électronique) pendant une période de trois semaines, au moins. Une panoplie de symptômes psychiatriques très intenses sont un effet direct du temps passé à utiliser les écrans électroniques, dans lesquels sont inclus téléphones, tablettes et jeux vidéo et, dans une moindre mesure, la télévision. Certains jeunes y semblent plus vulnérables que d’autres, et peuvent en subir les effets même à de « petites doses » d’écran. Si vous remarquez chez vos enfants ou vos petits patients des changements d’humeur, des crises au retrait de l’appareil, ou l’utilisation en cachette de celui-ci, il est temps d’avoir une réflexion à ce sujet.

Même chez les adultes, l’omniprésence des appareils peut nuire au temps de qualité passé ensemble, réduire les conversations et amener plus de frustrations dans les couples et les équipes de travail. Avez-vous déjà vécu une rencontre « déconnectée », dans laquelle on doit déposer son téléphone dans un panier à l’arrivée? Les interactions humaines sont si riches et les conversations plus profondes lorsque chacun n’est plus distrait par son appareil. Après une année de pandémie, offrons-nous plus souvent le luxe  de nous déconnecter pour profiter de ce qui nous entoure concrètement. Notre santé physique et mentale nous en remerciera!

Je suis membre parce que ...

 Je reçois le soutien nécessaire pour devenir un meilleur médecin, jour après jour 

Marie-Claude Moore, M.D., CCMF

 Les membres de cette grande famille me ressourcent et m’inspirent! 

Caroline Laberge, M.D., CCMF, FCMF

 Le CQMF me permet de développer un soutien concret aux jeunes médecins du Québec 

Dominique Deschênes, M.D., CCMF, FCMF

J'adhère