Dans les médias

27 juin 2022

JUSTINE MERCIER ‒ Le Droit

Le Dr Gilles Brousseau.
Le Dr Gilles Brousseau ‒ PHOTO : LE DROIT, MARTIN ROY

Le Dr Gilles Brousseau n’avait que huit ans lorsqu’il s’est «ouvert le crâne» en tombant du toit du garage. Quand il a repris ses esprits, il a trouvé que le travail des gens qui le soignaient semblait bien intéressant. C’est probablement à ce moment-là que l’idée de devenir médecin a commencé à se frayer un chemin dans ses pensées.

Le petit garçon devenu grand, qui est venu en Outaouais pour «ouvrir l’Hôpital de Gatineau» et qui a fini par y ouvrir une faculté satellite de médecine, a été nommé Médecin de famille de l’année 2022 par le Collège québécois des médecins de famille (CQMF).

En entrevue dans son bureau du Campus Outaouais, le Dr Brousseau se rappelle aussi que lorsqu’il était adolescent, son père avait fait un infarctus dans la maison familiale de Rouyn-Noranda. C’est le père d’un de ses amis, médecin, qui est venu à la rescousse et qui a appelé une ambulance. Le jeune Gilles s’est encore une fois rendu compte à quel point un médecin pouvait être utile.

Plus jeune de cinq enfants, Gilles Brousseau avait déjà vu des membres de sa fratrie partir étudier dans le domaine de la santé, en sciences infirmières, en pharmacie et en dentisterie. Il a donc décidé de s’essayer en médecine. Il a été accepté dans les trois facultés francophones et a choisi l’offre d’admission de l’Université de Montréal.

La formation du Dr Brousseau lui a permis de se promener dans les grands hôpitaux de la métropole, mais aussi en région. À Montréal, il a rapidement senti qu’il y avait une grosse hiérarchie parmi tous les futurs médecins. «On parlait souvent aux résidents, mais pas beaucoup aux patrons», se rappelle-t-il.

Un rôle valorisant

Lors de sa quatrième année de médecine, il a passé deux mois à Chicoutimi, à l’urgence et en obstétrique. Là-bas, il a réalisé que le médecin de famille était un «premier intervenant polyvalent», un rôle qu’il trouvait très valorisant. À cette époque, il n’y avait que 20% des étudiants qui optaient pour la médecine familiale.

Arriva ensuite le moment où il fallait choisir un lieu de pratique. «À l’époque, si on restait à Montréal, on était rémunérés à 70%», indique le Dr Brousseau. C’est donc l’ouverture de ce qui était à l’époque appelé le Centre hospitalier de Gatineau qui l’a attiré en Outaouais. Cela permettait aussi à sa conjointe, pharmacienne, d’obtenir un poste en milieu hospitalier. Avec quatre collègues, le Dr Brousseau a donc décidé d’aller «ouvrir» le nouvel hôpital de Gatineau, en 1983. Le groupe a en même temps ouvert une clinique sur le boulevard Maloney. Il y a ensuite eu le 500, boulevard de l’Hôpital, puis la Clinique médicale Saint-Alexandre. Dès 1988, le Dr Brousseau a pris la direction de l’Unité de médecine familiale de Gatineau, un poste qu’il a occupé pendant 18 ans.

Un horaire bien rempli

Au fil des ans, il a fait de l’hospitalisation, des accouchements, des soins intensifs et de la prise en charge à son bureau. Une façon de faire qui permettait aussi une meilleure «continuité des soins», croit-il, puisqu’il pouvait, par exemple, donner un congé de l’hôpital à un patient en sachant qu’il le reverrait rapidement à son bureau.

À la clinique, tous les patients pouvaient se présenter, qu’ils y aient un dossier ou non. «J’avais à peu près 100 000 dossiers parce qu’on était ouverts sans rendez-vous», se souvient-il. Il lui arrivait parfois de voir un patient à la clinique et à l’urgence au cours de la même journée.

Au début des années 1990, le Dr Brousseau a mis fin à sa pratique en obstétrique. Il en avait plein les bras. «La journée où j’ai décidé de laisser l’obstétrique, c’est quand j’ai été obligé d’amener mon plus jeune sur le comptoir à l’urgence pour dire ‘pourriez-vous le garder parce que ma conjointe est pharmacienne, elle est de garde et elle est occupée, et je ne peux pas m’occuper du petit parce qu’il faut que j’aille accoucher une patiente en haut’.»

Vers la faculté

C’est en 2008 que le Dr Brousseau est devenu vice-doyen adjoint à l’enseignement de la médecine pour la région de l’Outaouais à l’Université McGill. Au fil des ans, la région a accueilli de plus en plus de futurs médecins pour leur externat intégré et leur résidence. L’idée d’implanter la formation complète dans la région restait là, mais le gouvernement voulait attendre de voir les résultats des facultés satellites du Saguenay et de la Mauricie avant d’autoriser un tel projet dans une autre région.

Le Dr Brousseau a fini par consacrer de plus en plus de temps à la formation des médecins de demain. Il a donc diminué peu à peu sa prise en charge en clinique, en s’assurant que ses patients ne se retrouvent pas orphelins. «Je n’ai laissé aucun patient sans médecin de famille», souligne-t-il. Ce sont d’ailleurs ses patients qui l’ont encouragé à foncer dans le projet de faculté satellite de médecine, en lui disant qu’ils voulaient que davantage de relève soit formée en Outaouais.

En septembre 2016, les libéraux ont annoncé la création de la faculté satellite. Le Dr Brousseau a bâti une équipe autour de lui pour mener à bien ce vaste projet qui a mené à l’arrivée, à l’été 2020, d’une première cohorte de 24 étudiants. Avant ça, il a notamment fallu trouver des médecins prêts à consacrer du temps à l’enseignement, et faire traduire une tonne de documents de McGill rédigés en anglais.

La fierté se lit dans ses yeux quand il évoque ce qui a été accompli ces dernières années pour en arriver à ce que l’Outaouais forme des médecins dès le début de leur parcours universitaire. Dans le communiqué diffusé par le Collège québécois des médecins de famille pour annoncer qu’il a été nommé Médecin de famille de l’année 2022, il est écrit qu’«engagement, persévérance, collaboration, enthousiasme et humanisme définissent» la carrière du Dr Brousseau. On souligne également qu’il a «contribué à la formation de centaines de médecins et a été l’instigateur de plusieurs projets en santé au bénéfice de la population de sa région».

Vers la retraite

L’heure de la retraite – partielle – arrive bientôt. Il aura 65 ans cet été et son mandat à la direction du Campus Outaouais prend fin le 31 août. «Ma conjointe a pris sa retraite et en fait, on devait prendre notre retraite il y a cinq ans ensemble», indique le Dr Brousseau. Le poste au Campus Outaouais a cependant repoussé ce projet. Une fois qu’il aura laissé sa fonction de directeur, il prévoit continuer à donner des cours et à agir comme mentor auprès d’un groupe d’étudiants. «Je vais enlever le côté stress et je vais garder le côté agréable», dit celui qui aura aussi davantage de temps à passer avec ses petits-enfants.

À la mi-mai, le Dr Brousseau avait reçu la médaille de l’Assemblée nationale pour son travail dans le dossier de la faculté satellite. Avec le nouveau prix décerné par le CQMF, il trouve que «ça fait beaucoup». «Je n’ai pas fait ça pour avoir un prix», insiste-t-il. Son but, c’était d’aider la région. «Je dirais que c’est une mission accomplie», lance-t-il, en avouant qu’il attend impatiemment de voir où les étudiants des premières cohortes du Campus Outaouais établiront leur pratique.


Dans la foulée de cet article, voir aussi l’entrevue diffusée sur les ondes de TVA et écouter celle disponible sur Ohdio Radio-Canada.

Je suis membre parce que ...

 Je reçois le soutien nécessaire pour devenir un meilleur médecin, jour après jour 

Marie-Claude Moore, M.D., CCMF

 Les membres de cette grande famille me ressourcent et m’inspirent! 

Caroline Laberge, M.D., CCMF, FCMF

 Le CQMF me permet de développer un soutien concret aux jeunes médecins du Québec 

Dominique Deschênes, M.D., CCMF, FCMF

J'adhère