• Les récipiendaires apparaitront dans l'ordre basé sur ce champ

  • Titre du membre

Missing content: 'undefined' particle cannot be found.

24 avril 2019

par Frédéric Turgeon, M.D., CCMF, FCMF  Première ligne

« Je serai toujours infiniment reconnaissant envers ces personnes pour tous les enseignements et les perles de sagesse qu’elles ont su m’apporter, bien souvent à leur insu, au fil du temps. »

Au nom de vos futurs collègues, je tiens à souhaiter la plus chaleureuse des bienvenues dans la famille aux centaines d’étudiantes et étudiants qui ont récemment fait le choix de la médecine de famille comme spécialité et qui viennent de recevoir la confirmation de leur place en résidence.

C’est 92 % des postes de résidence en médecine de famille qui ont été pourvus dès le premier tour du CaRMS 2019! 

Et, constat des plus agréables de l’évolution soutenue de la demande pour cette spécialité au cours des 10 dernières années ‒ malgré quelques soubresauts encore pas si loin derrière nous dus à un contexte politique défavorable qui semble, espérons-le, s’éloigner de plus en plus dans le rétroviseur ‒, alors que l’offre de places disponibles pour la médecine de famille est passée progressivement de 346 à 500 places, soit dorénavant 55 % de tous les postes offerts en résidence au Québec.  

Pour certaines et certains d’entre vous, ce choix de carrière était déjà ancré en vous dès votre entrée à l’université, alors que pour d’autres, il s’est précisé en cours de route, au fur et à mesure de votre exposition aux diverses spécialités et possiblement en ayant eu la chance de côtoyer des médecins de famille inspirants, passionnés et dévoués. Pour la plupart d’entre vous, par contre,  la découverte de la pleine richesse et de tout le potentiel que recèle cette profession ne se révélera qu’au fil des années de cette carrière que je vous souhaite longue et fructueuse.

Je me souviens encore de ce patient

Les premiers contacts étant toujours très importants dans nos vies, je me souviens encore de ce patient qui s’était présenté à l’urgence d’Amos, durant mon stage en région au cours de ma résidence (il y a presque trente ans de cela), avec des malaises thoraciques qui se sont finalement révélés n’être secondaires qu’à du reflux gastro-oesophagien.

Lorsque j’ai décidé, quelques mois plus tard de m’installer là-bas pour y débuter ma pratique ‒ impact positif et gagnant des merveilleux modèles de rôle que j’y avais fréquentés! ‒, l’un des premiers patients que j’ai reçus au bureau fut justement cet homme. Il s’agissait d’un colosse, encore dans la force de l’âge, bien que d’âge mûr. Au fil des ans, j’ai appris à connaître sous toutes ses facettes ce fils de bâtisseurs de l’Abitibi et petit-fils de l’un de ses premiers « colons », comme on appelle encore aujourd’hui les premières et premiers Franco-Québécois à avoir cherché à trouver dans ce coin de pays un monde meilleur pour y faire grandir leurs enfants. Je me souviens de cette fierté dans ses yeux qu’il traduisait toujours en prenant plaisir à me broyer la main lorsqu’il me saluait à la fin de nos rencontres.

Durant un quart de siècle, je l’ai accompagné, conseillé et soigné pour diverses conditions médicales, des plus bénignes aux plus menaçantes, tant au bureau qu’à l’hôpital, même lorsque l’on comprit que cette jambe enflée qu’il présentait était due à la compression de son retour veineux par un amas ganglionnaire qui se révélât être d’origine lymphomateuse…

Les dernières années de sa vie nous forcèrent à réfléchir ensemble à l’adaptation de ses projets de vie, de ses attentes et de ses espoirs à sa condition médicale qui devint chronique et de plus en plus complexe, explorant toujours plus profondément les questions de qualité versus quantité de vie et y trouvant des réponses qui, bien entendu, évoluèrent dans le temps…

Les dernières paroles qu’il m’a dites l’ont été lors d’une visite que je faisais à son domicile, alors qu’il était désormais en fin de vie. Après avoir évoqué le souvenir de notre première rencontre à l’urgence, au moment où je n’étais encore que ce jeune résident si peu expérimenté, il me regarda en souriant et me dit : « En tout cas, on peut dire qu’on en a fait du chemin ensemble… Merci, mon ami, d’avoir été là avec moi… »

Si j’ai encore d’affectueuses pensées envers lui, vous devinez que j’en ai aussi envers des dizaines d’autres personnes que j’ai accompagnées au cours des diverses étapes de leur vie. Personnes que j’ai sans doute pu aider lorsqu’elles en avaient besoin, mais qui m’ont également, elles-mêmes, beaucoup apporté sur le plan humain. J’ai continuellement travaillé à améliorer mes compétences comme clinicien, et tout cela s’est fait en avançant aussi sur le chemin de ma propre vie. Je serai toujours infiniment reconnaissant envers ces personnes pour tous les enseignements et les perles de sagesse qu’elles ont su m’apporter, bien souvent à leur insu, au fil du temps.

Le plus beau métier du monde

Cette richesse de la dimension longitudinale des relations que l’on tisse avec nos patientes et patients en tant que médecin de famille, on a beau la dire, tenter de la décrire, elle ne révèle toute sa valeur qu’avec le temps. Et ça, c’est l’un des nombreux cadeaux que vous offrira la profession que vous avez choisie. L’un de ses nombreux secrets, encore parfois trop bien cachés, que vous découvrirez tant au cours de votre résidence que durant vos années de pratique.

Soyez sensibles à ces richesses et n’hésitez pas à les faire connaître autour de vous. Vous deviendrez ainsi à votre tour de merveilleux ambassadeurs et ambassadrices de notre profession et, je l’espère, pour tous ceux et celles qui vous suivront, de nécessaires modèles de rôle pour ce qui est à mes yeux encore aujourd’hui le plus beau métier du monde…

16 avril 2019

par Frédéric Turgeon, M.D., CCMF, FCMF  ProfessionSanté – L’actualité médicale

Quel avenir peut-on souhaiter pour la médecine de famille? À quels lendemains aspirer en matière d’organisation des soins de santé au Québec? Peut-on trouver un lien entre ces deux questions? Je crois bien que oui…

Le Collège québécois des médecins de famille (CQMF) tenait, en novembre dernier, son Forum des leaders sur la valorisation de la médecine de famille. Exercice qui a été alimenté par la présence dynamique et enthousiaste de plusieurs acteurs clés qui gravitent autour de notre discipline au Québec. Parmi les messages les plus forts qui ont été retenus à l’issue de cette journée, je veux aborder celui du travail de collaboration, qui est non seulement nécessaire entre les médecins de famille et les autres spécialistes et professionnels de la santé, mais qui, lorsqu’il est optimal, s’avère extrêmement riche de sens auprès de nos patientes et patients.

Pour une plus grande cohérence

Dans cette quête sans cesse croissante d’une plus grande cohérence dans l’organisation de nos soins et services de santé, il apparaît des plus logiques de continuer à bonifier ce vaisseau amiral des soins de première ligne que constitue notre modèle des groupes de médecine de famille (GMF), par la présence accrue en ses murs (tant physiques que virtuels) davantage de nos collègues des autres professions reconnues en santé. En effet, comme suggéré dans la nouvelle mouture des recommandations fort bien documentées de la version 2019 du Centre de médecine de famille du Collège des médecins de famille du Canada (CMFC), il serait souhaitable à l’avenir de bien évaluer les besoins de nos collectivités respectives afin de déterminer les collaborations professionnelles qui seront les plus à même d’apporter une valeur ajoutée dans l’offre de services actuelle des GMF. Ce document riche en idées constructives nous confirme qu’en « fournissant aux patients une gamme complète de services qui répondent le mieux possible à leurs besoins, il est possible d’offrir un meilleur accès, une plus grande satisfaction pour les patients et les prestataires de soins, et une meilleure efficacité des ressources en offrant des soins en équipe ».

Le succès remporté par l’initiative de certains GMF qui invitent, par exemple, un psychiatre répondant à venir y rencontrer certains de leurs patients et à discuter avec les équipes locales des cas complexes afin d’optimiser leurs plans de traitement et de prise en charge est certes de bon augure et encourage à continuer à explorer cette voie prometteuse. Et, dans le contexte du déploiement toujours plus efficace des technologies de l’information, cette collaboration accrue entre professionnels n’aura pas, bien entendu, à se dérouler nécessairement dans les lieux physiques de la clinique du médecin de famille.

Pour une révision du cadre de gestion des GMF

À quand donc la prochaine révision du cadre de gestion de nos GMF pouvant nous permettre d’avancer avec plus de confiance dans ces sentiers qui demandent encore à être battus… ensemble? Si nous parvenions ainsi à éviter, par exemple, les silos vides de sens qui existent étonnamment en Ontario, en ce 21e siècle, entre certaines cliniques médicales et cliniques d’infirmières praticiennes, nous réussirions à franchir un autre pas important vers un peu plus de cohérence pour notre société!

« Les médecins de famille étant le moteur de la cohésion et de la continuité dans le système de santé » ‒ voir le Profil professionnel en médecine de famille du CMFC ‒, l’intérêt de poursuivre plus avant le développement de nos GMF se voit également reflété par cet autre message tiré de notre Forum de novembre dernier et qui traite de la relation du médecin de famille avec son patient : « À travers les différents épisodes de soins, peu importe la condition ou le problème rencontrés, la plus grande constante qui demeure pour la personne soignée, c’est son ou sa médecin de famille. »

La possibilité est là, à nos portes, de jouer ce rôle de leader, de ciment et de grand intégrateur du système de santé. Saisissons-la. Tout cela se fera au bénéfice premier de nos patientes et patients. Puis du système de santé dans son ensemble. Et, ultimement, de notre profession elle-même. Cela deviendrait le moteur le plus important pour l’attractivité future de la médecine de famille auprès de notre jeune relève. Car, soyons assurés que désormais, tout ce que l’on fera, toute la cohérence ou l’incohérence de nos gestes et de nos orientations futures seront scrutés à la loupe par cette jeunesse diablement allumée et intéressée plus que tout à s’impliquer dans un monde qui ait du sens…

Je suis membre parce que ...

 Je reçois le soutien nécessaire pour devenir un meilleur médecin, jour après jour 

Marie-Claude Moore, M.D., CCMF

 Les membres de cette grande famille me ressourcent et m’inspirent! 

Caroline Laberge, M.D., CCMF, FCMF

 Le CQMF me permet de développer un soutien concret aux jeunes médecins du Québec 

Dominique Deschênes, M.D., CCMF, FCMF

J'adhère