• Les récipiendaires apparaitront dans l'ordre basé sur ce champ

  • Titre du membre

Missing content: 'undefined' particle cannot be found.

28 juillet 2021

PAR GEOFFREY DIRAT ‒ ProfessionSanté ‒ L’actualité médicale

Premier Québécois à décrocher le titre de médecin de l’année décerné par le Collège des médecins de famille du Canada en 1995, le Dr Réjean Ménard s’apprête à prendre une retraite amplement méritée. Pour Profession Santé, il livre son regard sur l’évolution de la pratique ces cinquante dernières années.

Dr Réjean Ménard
Le Dr Ménard a été honoré par le Collège québécois
des médecins de famille en 2018 ©CQMF

Ce dimanche 1er août 2021 marque un tournant dans la vie du docteur Réjean Ménard. Le médecin de famille prend sa retraite après 50 ans de bons et loyaux services auprès de la population de Granby, où il a toujours pratiqué depuis le début de sa carrière.

S’il a besoin de souffler un peu – «je n’ai pas pris de vacances depuis le début de la pandémie en mars 2020», signale-t-il –, le vaillant septuagénaire éprouve un sentiment mitigé à l’approche du jour J: «J’aime beaucoup, beaucoup cette profession de médecin de famille quand elle est exercée au sein d’une équipe, explique-t-il avec un trémolo dans la voix. La médecine, ça ne se fait pas tout seul dans son coin», martèle celui qui a fondé en 1971 le Centre de médecine familiale (CMF) de Granby avec trois autres confrères fraîchement inscrits au tableau de l’Ordre.

«À l’époque, la médecine de famille se pratiquait en solo. On a été parmi les pionniers à travailler en groupe», se souvient le Dr Ménard. Si cette organisation est aujourd’hui devenue la norme, il constate qu’il en résulte une plus grande interdisciplinarité en louant l’apport bénéfique des infirmières, pharmaciens et autres professionnels de la santé que l’on retrouve désormais au sein des cliniques de médecine familiale. «L’approche interdisciplinaire, c’est ça l’avenir. Les médecins sont très peu formés en santé mentale ou en santé environnementale, par exemple, mais ils ont les compétences pour gérer, en collaboration, la complexité de la prise en charge des patients en première ligne», souligne le praticien qui considère le médecin de famille comme un chef d’orchestre et non pas comme un multi-instrumentiste.

Quand il regarde dans le rétroviseur de son demi-siècle d’exercice, Réjean Ménard voit également d’un œil positif l’avènement de la télémédecine. «Avec mon équipe, on a toujours fait beaucoup d’appels de suivi. C’est dans ma philosophie et je faisais ça hors rémunération, car ça fait partie de la relation normale entre un médecin et son patient, estime-t-il. Aujourd’hui, grâce aux nouveaux outils, on va plus loin dans la relation à distance et on peut avoir une bonne idée de la situation du patient», explique-t-il en notant que la pandémie a levé les freins à la télémédecine, tant chez les soignants que chez les patients.

«On ne peut pas tout centraliser»

En revanche, s’il y a une évolution que le Dr Ménard juge négative ou contre-productive, c’est la centralisation intensive du réseau de la santé depuis une décennie. «On peut centraliser le matériel et les équipements pour réaliser des économies d’échelle, mais pas l’organisation du travail ou la gestion  du personnel», affirme-t-il en se remémorant l’esprit d’équipe qui régnait à l’Hôpital de Granby, où il a longtemps pratiqué. «On avait développé des particularités, des façons de faire qui nous étaient propres pour s’adapter aux réalités de notre communauté et ça, ça crée un sentiment d’appartenance qui n’existe plus dorénavant», regrette le médecin qui garde espoir: «On peut toujours revenir en arrière!»

Après le 1er août, Réjean Ménard va prendre un ou deux mois pour recharger ses batteries, mais il compte par la suite rester actif et s’impliquer auprès de la relève en continuant d’accompagner les résidents accueillis au CMF. Une relève qu’il juge bien mieux formée qu’en son temps. «À mon époque, on faisait quatre ans de cours, une année d’internat, et on était médecin de famille. Aujourd’hui, les jeunes omnipraticiens ont un bagage bien plus complet. Ils sont capables d’identifier une céphalée multi-factorielle ou une tumeur au cerveau. Donc ils sont plus à même d’orienter les patients.» Quant à ces derniers, le Dr Ménard les trouve aussi plus informés et plus critiques, «et c’est tant mieux. Quand le patient est éclairé, on peut discuter avec lui et prendre des décisions ensemble».

15 juillet 2021

PAR DENIS MÉTHOT ‒ ProfessionSanté ‒ L’actualité médicale

Le conseil numérique, déjà implanté dans sept régions, poursuit son déploiement amorcé en mars dernier à travers la province, tout en remportant un franc succès auprès des intervenants de première ligne.

Un médecin consulte sa tablette

Ce service permet à un médecin de famille de demander un conseil ou un avis à un spécialiste à propos d’un diagnostic, d’une médication ou d’un traitement et d’obtenir une réponse en sept jours ou moins, via une plateforme numérique.

Grâce aux précisions reçues, l’omnipraticien peut compléter la démarche thérapeutique avec son patient ou engager un processus de transfert si son collègue le recommande. Le conseil numérique semble connaître un franc succès auprès des intervenants de première ligne. Au début du mois de juillet, environ 900 médecins de famille et 150 infirmières praticiennes spécialisées (IPS) s’y étaient inscrits. L’intérêt semble toutefois moindre du côté des répondants, le programme ne comptant que 91 médecins spécialistes participants.

Le plus grand bénéfice apporté par le conseil numérique est qu’il permet d’éviter d’avoir à référer inutilement un patient en spécialité pour des cas qui peuvent être résolus en 10 ou 15 minutes d’échanges entre deux médecins. Lors des trois projets pilotes, il a permis d’épargner une consultation en spécialité dans 40% des cas. 

Développée en Ontario, la formule du eConsult a été reprise en 2014 au Québec à l’initiative du Collège québécois des médecins de famille (CQMF). Devant les résultats très positifs obtenus par ce service, le MSSS a décidé de l’étendre à toute la province sous le nom de conseil numérique.

Calendrier de déploiement

L’opération s’est amorcée au printemps dans les trois régions qui avaient participé aux projets pilotes de eConsult Québec, soit l’Outaouais, l’Abitibi-Témiscamingue et la Mauricie-Centre-du-Québec. 

Le déploiement, qui s’est ensuite poursuivi dans la Capitale-Nationale, Chaudière-Appalaches et Montréal, est actuellement en cours ou planifié dans plusieurs autres régions du Québec.

Selon le calendrier obtenu par Professionsante.ca, les prochains territoires prévus sont les suivants:

  • Juillet: Laurentides, Montérégie et Laval
  • Août: Lanaudière 
  • Septembre: Estrie

Le Saguenay-Lac-St-Jean et la Gaspésie n’ont pas encore été placés dans le calendrier, tandis que le Bas-St-Laurent, la Côte-Nord et le Nord-du-Québec ne figuraient pas dans le plan que nous a fourni le MSSS.

Offert dans 26 spécialités

Le conseil numérique est offert dans 26 disciplines à ce jour, dont la cardiologie, l’ORL, l’anesthésiologie (douleur) et la chirurgie générale, en passant par la dermatologie, la gynécologie et l’endocrinologie. Puisque certains médecins ont offert leurs services à plus d’une région, il est difficile de dresser un portrait en temps réel du nombre de spécialistes participants par territoires, a précisé le MSSS. 

Étant donné que la plateforme est en plein déploiement et que le conseil numérique n’est pas encore intégré aux DME des médecins, le ministère se dit satisfait de la réponse actuelle des médecins de famille et des médecins spécialistes. 

25 juin 2021

ÉLYANTHE NORD – Le Médecin du Québec

Le Dr Mario Dubuc, de Sherbrooke, a été nommé « Médecin de famille de l’année » par le Collège québé­cois des médecins de famille (CQMF). Ce prix est remis annuellement, comme dans chacune des pro­vinces, à un membre qui incarne brillamment l’essence du médecin de famille, notamment par ses soins exemplaires aux patients et son importante contribution à la santé de sa collectivité.

Dr Mario Dubuc

Le Dr Dubuc, qui exerce depuis plus de 40 ans, a eu une carrière impressionnante, affirme la Dre Caroline Laberge, présidente du CQMF. « Il a fondé, avec ses confrères, une clinique médicale qui est devenue par la suite un groupe de médecine de famille. Parallèlement au suivi de ses patients, il s’est beaucoup intéressé aux soins en fin de vie. Il a œuvré à mettre sur pied l’unité de soins palliatifs du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) et la Maison Aube-Lumière, en Estrie. Il a ainsi donné accès aux soins palliatifs à toute une région et formé non seulement de futurs collègues, mais aussi des infirmiers et des pharmaciens pour avoir une approche multidisciplinaire vraiment axée sur le bien-être des patients. »

Le CQMF a également distribué plusieurs autres prix. « Les médecins de famille sont très humbles et habitués à travailler avec leurs patients dans leur cabinet. Ils font des choses extraordinaires qui ne sont souvent pas mises à l’avant-plan. Reconnaître leurs accomplissements est vraiment inspirant pour les autres médecins et est important pour rehausser la valeur de la médecine de famille », estime la Dre Laberge.

Dr Jean Ouellet
Mentor de l’année

Le Prix du mentor de l’année a été décerné au Dr Jean Ouellet. « Le Dr Ouellet est un médecin qui enseigne depuis plus d’une trentaine d’années à l’Université Laval. Il a agi comme mentor auprès des dizaines et des dizaines de jeunes médecins. Comme il travaille également dans une unité d’enseignement à Québec, il forme chaque année plusieurs cohortes de résidents. Il est vu comme une figure vers qui se tourner quand on a des questions. Il est toujours disponible », indique la Dre Laberge.

Dr François Venne
Prix de la relève en médecine familiale

Le CQMF a remis au Dr François Venne, de l’Abitibi, le Prix de la relève en médecine familiale qui souligne le leadership d’un médecin de famille au cours de ses premières années d’exercice. Pratiquant depuis seule­­ment trois ans, le Dr Venne a déjà créé, à Val-d’Or, une clinique réser­vée aux patients autochtones et une autre pour les troubles liés à l’usage d’opioïdes.

Prix d’excellence

Les prix d’excellence du CMFC sont remis à des médecins de famille qui ont récemment apporté une contribution remarquable dans un domaine particulier.

Dre Pascale Breault, Dre Guylène Thériault, Dr François Goulet et Dr Keith J. Todd

29 avril 2021

par les Dres Élise Boulanger et Sophie Zhang, médecins de famille, coprésidentes de la CPMC ProfessionSanté ‒ L’actualité médicale

Il y a un peu plus d’un an, la pandémie de COVID-19 frappait de plein fouet les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) du Québec. Rien n’avait préparé ces milieux de vie à faire face à un virus ayant une prédilection particulière pour les patients vulnérables. Les travailleuses et travailleurs de la santé qui œuvrent auprès de cette population, incluant les médecins de famille et médecins spécialistes venus prêter main-forte, se sont trouvés isolés face à une nouvelle maladie. Ils et elles ont dû se retrousser les manches plus que jamais pour faire face aux drames qui ont suivi.

C’est dans la foulée de cette première vague de COVID-19, à l’été 2020, qu’est née la communauté de pratique des médecins en CHSLD du Québec (CPMC) au sein du Collège québécois des médecins de famille (CQMF). La crise sanitaire majeure causée par la pandémie avait mis à découvert les besoins criants d’échange, de partage et de renforcement des liens entre médecins œuvrant en CHSLD. Ces besoins n’étaient pas nouveaux, mais ils étaient devenus impossibles à ignorer. Ainsi, à la suite des événements du printemps 2020, des médecins de famille et des gériatres ayant été très impliqués dans la crise se sont retrouvés et ensemble ont cherché des solutions pour améliorer la qualité des soins offerts en CHSLD. Unis par leur engagement sur le terrain ainsi qu’à différents niveaux de gestion, ces médecins ont voulu donner une voix plus forte aux CHSLD, jusque-là peu représentés dans les instances administratives, professionnelles et gouvernementales au Québec. À ce jour, plus de 450 médecins ont joint les rangs de la CPMC.

Objectifs de la communauté de pratique

L’objectif premier de cette communauté est de renforcer les liens entre médecins, infirmiers et infirmières praticien(ne)s spécialisé(e)s de première ligne (IPS-PL) de toutes les régions du Québec afin d’améliorer l’offre de services médicaux en CHSLD – un forum Teams a été lancé pour leur permettre d’échanger virtuellement sur les enjeux cliniques et de coordination qu’ils vivent au quotidien en CHSLD et plusieurs webinaires ont été organisés.

La pandémie a mis en lumière plus que jamais le fait que les milieux de vie que sont les CHSLD sont également des milieux de soins. Ils hébergent une clientèle vulnérable avec des besoins de santé particuliers qui s’arriment généralement mal avec le système hospitalier. Il est primordial que les médecins de famille qui pratiquent en CHSLD poursuivent leur collaboration grandissante avec les équipes de soins et leurs structures de gestion afin d’en faire des milieux répondant aux vrais besoins des résidentes et résidents. À cet égard, la CPMC se veut d’ailleurs aussi un organe pour écouter, conseiller et soutenir la voix des résidentes et résidents, des personnes proches aidantes et du personnel interdisciplinaire en CHSLD.

Dessiner l’avenir

Après la pandémie, la CPMC veut continuer d’outiller ses membres dans leur pratique, au-delà des enjeux créés par la COVID-19. Elle travaille depuis peu avec le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec à l’élaboration d’un cadre de référence pour les soins médicaux en CHSLD. Elle souhaite également augmenter son offre de service aux membres médecins et IPS-PL en plus de susciter des initiatives pour valoriser la pratique en soins de longue durée auprès des médecins de famille.

Nous ne pouvons pas réécrire l’histoire des CHSLD au moment de la première vague de COVID-19 au Québec, mais nous pouvons contribuer à en écrire les prochains chapitres!

22 avril 2021

ANOUK LEBEL ‒ ProfessionSantéL’actualité médicale

Dre Caroline Laberge, présidente du CQMF

La campagne Choisir avec soin a finalement survécu à la dissolution de l’Association médicale du Québec (AMQ). Le Collège québécois des médecins de famille (CQMF) a repris le flambeau du volet québécois de cette campagne pancanadienne de lutte au surtraitement et au surdiagnostic, toujours privée de financement de Québec.

Le CQMF participait déjà à la réflexion sur la pertinence des soins et le surdiagnostic depuis plusieurs années avant de devenir le partenaire officiel de Choosing Wisely Canada au Québec, à l’été 2020, explique en entrevue la Dre Caroline Laberge, présidente du CQMF.

Depuis, un comité directeur a été formé pour poursuivre les démarches visant à réduire les traitements et examens inutiles en santé au Québec.

Le comité présidé par le Dr René Wittmer est formé par des médecins de famille de plusieurs régions du Québec, mais aussi de médecins spécialistes, notamment en cardiologie et en médecine interne. La pharmacienne Camille Gagnon, directrice adjointe du Réseau canadien pour la déprescription, en fait également partie.

« Un de nos défis, c’est de s’assurer que ce ne soit pas uniquement une campagne de médecins de famille. Les médecins spécialistes doivent aussi participer », souligne la Dre Laberge.

Le CQMF dispose toujours du don de 1,2M$ de l’AMQ pour poursuivre les activités de Choisir avec soin au Québec. Or, le gouvernement provincial ne contribue toujours pas financièrement. Ailleurs au Canada, Choosing Wisely est soutenu à parts égales par le gouvernement fédéral et les provinces.

Au-delà de la rémunération

La campagne Choisir avec soin est complètement distincte de l’exercice mené par l’Institut de la pertinence des actes médicaux (IPAM).

L’IPAM, créé dans la foulée de l’entente entre la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) et du gouvernement du Québec en 2019, est engagé dans la pertinence dans le but d’économiser 240 millions de dollars en trois ans en actes médicaux superflus.

Choisir avec soin vise plutôt à mieux outiller les médecins, étudiants et résidents à lutter contre le surtraitement et le surdiagnostic dans leur pratique ou leur future pratique.

« Ce n’est pas une question de sauver des sous, c’est une question de prodiguer les bons soins à la bonne personne au bon moment et d’utiliser judicieusement les ressources de notre système de santé », insiste la Dre Laberge.

Différents milieux cliniques mènent déjà des initiatives terrain pour améliorer la façon de prodiguer les soins. Depuis le lancement la campagne pancanadienne en 2014, 400 recommandations concernant différentes spécialités ont été publiées. Il faut voir comment elles peuvent être mises en application au Québec.

Des traitements nocifs

Environ 30% des traitements et examens médicaux au Canada sont potentiellement inutiles. Des gestes qui occasionnent des pertes financières dans le réseau, mais surtout, qui peuvent s’avérer carrément nuisibles pour la santé des patients. « Les gens ne se rendent pas compte à quel point un examen inutile peut être nocif », tient à souligner la Dre Laberge.

Un examen inutile peut facilement donner lieu à toute une batterie de tests, qui font plus de mal que de bien à des patients en bonne santé et à leur famille.

« Ça peut mener à des trouvailles fortuites, comme des hernies discales chez de jeunes patients dans la trentaine. Ils peuvent s’inquiéter inutilement et se mettre à moins faire de sport. Finalement, ça les déconditionne. Ils deviennent en moins bonne santé », illustre-t-elle.

24 février 2021

par Caroline Laberge, M.D., CCMF, FCMF  ProfessionSanté – L’actualité médicale

Dre Caroline Laberge, présidente du CQMF

2007 est l’année de naissance de ma fille aînée. C’est aussi l’année où a été commercialisé le tout premier iPhone d’Apple qui lançait la révolution numérique accélérée que nous vivons aujourd’hui. Jonction entre téléphone et ordinateur aux possibilités infinies, il a changé notre monde et la façon dont nous communiquons, dont nous accédons aux informations, et les interactions sociales de façon générale.

Alors que nous sommes certainement tous propriétaires d’un appareil semblable, nous serions bien incapables de revenir en arrière, de ne plus avoir toutes les réponses au bout des doigts et de ne pas être joignables en tout temps. Mais qu’en est-il des effets délétères de cette technologie?

Risques pour la santé et dépendance

J’étais un peu perplexe en apprenant, via la biographie de Steve Jobs, qu’il en interdisait strictement l’utilisation à ses propres enfants… Pourquoi? Il connaissait trop bien les risques inhérents à la santé physique et mentale, dont un grand risque de dépendance.

Saviez-vous que plusieurs jeux vidéo, des émissions pour enfants et les médias sociaux sont conçus spécifiquement pour créer une dépendance, via un système de récompenses? En effet, lorsque nous recevons une récompense, que ce soit par un «like», un cadeau dans les jeux pour enfants, ou un niveau réussi dans un jeu, notre cerveau sécrète de la dopamine, l’hormone du plaisir. Plus la recherche de plaisir augmente, plus elle perturbe le cerveau. Graduellement, les niveaux de sérotonine et de noradrénaline fluctuent, affectant notre humeur, notre empathie, et perturbant les relations humaines. De plus, le rythme immédiat et accéléré n’est pas celui de la vie normale, et certaines personnes finissent par « s’ennuyer » dans leur quotidien qui n’est pas assez rapide pour les stimuler. Le documentaire The Social Dilemma, disponible sur Netflix, lève un voile sur la face cachée des réseaux sociaux et devrait nous inciter à limiter, sinon éviter, le temps passé à naviguer sur ceux-ci.

Les écrans et particulièrement les téléphones intelligents entraînent aussi une croissance du multitâche; on pense que ça augmente notre productivité, mais en fait c’est le contraire! Même chez les jeunes de la génération Z dont on dit qu’ils sont meilleurs dans le multitâche, il est démontré qu’un fractionnement de l’attention diminue celle-ci et augmente le risque d’erreurs. Combien de fois j’ouvre mon téléphone pour vérifier la météo et je suis alors attirée par la pastille rouge sur mes courriels ou mes textos, je vois une photo de mes enfants qui me fait sourire, je note une pensée dans ma liste de choses à faire et je referme mon téléphone… sans avoir vérifié la météo!

Écrans piégés

En cette période de pandémie où la distanciation physique est de mise, nous pouvons nous réjouir d’avoir accès au télétravail, à l’école en ligne et à nos rencontres sociales virtuelles, mais il faut tout de même encadrer l’usage des écrans chez nos enfants ‒ et chez nous-mêmes! ‒ pour en limiter les effets nuisibles. L’INSPQ a produit en mai dernier un excellent document synthèse sur l’état des connaissances et des recommandations concrètes pour les familles. Les risques sur la santé physique, psychosociale et développementale y sont détaillés pour les jeunes de 0-5 ans, puis chez les jeunes d’âge scolaire et les adolescents. J’en ai fait un tableau synthèse que je remets régulièrement à mes patients lors des suivis, intégré aux recommandations sur une saine alimentation et la pratique d’activité physique.

Un autre aspect sombre du temps passé sur les écrans individuels par les adolescentes et adolescents est le risque d’être victime de cyberintimidation ou d’être pris dans un réseau d’exploitation sexuelle de mineurs. Les témoignages percutants sur le travail de la DPJ dans La Presse ces jours-ci donnent froid dans le dos sur les horreurs dans lesquelles peuvent être plongés des jeunes tout à fait sains à la base.

Jeûne électronique

Les connaissances médicales évoluent continuellement dans le domaine des effets nuisibles des écrans, et l’apparition du terme syndrome de l’écran électronique (SEE) décrit un ensemble de symptômes physiques et comportementaux, allant de l’insomnie à l’irritabilité, à la dépression et l’anxiété. J’ai lu récemment le livre Enfants difficiles, la faute aux écrans?, écrit par une pédopsychiatre américaine, Victoria Dunckley. Véritable remise en question devant notre utilisation personnelle et familiale des écrans, ces notions me seront très utiles en clinique pour plusieurs de mes patients. La dénomination commune est l’amélioration notable voire la disparition des symptômes en retirant de façon stricte les écrans (le jeûne électronique) pendant une période de trois semaines, au moins. Une panoplie de symptômes psychiatriques très intenses sont un effet direct du temps passé à utiliser les écrans électroniques, dans lesquels sont inclus téléphones, tablettes et jeux vidéo et, dans une moindre mesure, la télévision. Certains jeunes y semblent plus vulnérables que d’autres, et peuvent en subir les effets même à de « petites doses » d’écran. Si vous remarquez chez vos enfants ou vos petits patients des changements d’humeur, des crises au retrait de l’appareil, ou l’utilisation en cachette de celui-ci, il est temps d’avoir une réflexion à ce sujet.

Même chez les adultes, l’omniprésence des appareils peut nuire au temps de qualité passé ensemble, réduire les conversations et amener plus de frustrations dans les couples et les équipes de travail. Avez-vous déjà vécu une rencontre « déconnectée », dans laquelle on doit déposer son téléphone dans un panier à l’arrivée? Les interactions humaines sont si riches et les conversations plus profondes lorsque chacun n’est plus distrait par son appareil. Après une année de pandémie, offrons-nous plus souvent le luxe  de nous déconnecter pour profiter de ce qui nous entoure concrètement. Notre santé physique et mentale nous en remerciera!

29 janvier 2021

NATHALIE VALLERAND – Le Médecin du Québec

Dre Repetto

Préoccupée par les iniquités en santé, la Dre Lucia Perez Repetto a collaboré à un projet de recherche pendant sa résidence pour améliorer les compétences sociales des médecins dans leurs interactions avec les clientèles défavorisées. « La distance sociale et la méconnaissance qu’ont les médecins de l’aide sociale constituent des obstacles à une bonne relation médecin-patient et à la qualité des soins », indique celle qui exerce depuis l’an dernier au GMF du Lac-Saint-Jean Est, en plus d’être profes­seure d’enseignement clinique au GMF-U d’Alma.

Pour réduire la distance sociale causée par les différences socio-économiques, tout est dans l’approche. « Les personnes à faible revenu qui ont participé à la recherche disent être intimidées quand elles vont chez le médecin, rapporte la Dre Marie-Suzanne Mathieu, du GMF-U d’Alma, qui a supervisé les travaux de la Dre Perez Repetto. Et c’est encore pire lorsque le médecin a une attitude paternaliste ou donne l’impression d’être pressé par le temps. »

Cela peut sembler évident, mais bien accueillir ces patients, leur sourire, avoir un contact visuel avec eux, adopter une attitude d’ouverture, être attentif à leurs émotions, utiliser un langage facile à comprendre et porter des vêtements neutres (décontractés, pas trop coûteux) sont autant de façons de les rendre plus à l’aise.

Et que doivent savoir les médecins à propos de l’aide sociale et de la réalité de ceux qui en reçoivent ? « Être bénéficiaire de l’aide sociale, c’est vivre sous le seuil de la pauvreté, même quand on touche un supplément en raison d’une contrainte importante à l’emploi, répond la Dre Perez Repetto. De plus, il faut briser la perception que la majorité des prestataires abusent du système. En fait, la plupart d’entre eux veulent sortir de l’aide sociale. »

L’omnipraticienne souligne par ailleurs l’importance de bien remplir le formulaire attestant qu’un patient a un important problème de santé l’empêchant de travailler. « Si la demande est refusée parce que le terme médical utilisé ne se trouve pas sur la liste du gouvernement, c’est le patient qui en subit les conséquences financières », déplore celle qui a reçu le prix Nadine St-Pierre 2020 du Collège des médecins de famille du Canada et de la Fondation pour l’avancement de la médecine familiale pour la qualité de son travail universitaire.

Adapter les soins

Pour établir leur plan de traitement, les médecins devraient tenir compte des limites financières des patients, affirme la Dre Mathieu. « Le revenu est un important déterminant de santé. Ça change tout. Par exemple, il peut être irréaliste pour une personne qui vit sous le seuil de la pauvreté de manger plus de fruits et de légumes ou de s’entraîner. Elle n’a pas d’argent pour s’acheter de bons aliments ni pour aller au gym ! »

Que faire alors ? D’abord, se demander si le patient a les moyens d’appliquer les recommandations. Dans le doute, ne pas hésiter à s’enquérir de sa situation financière. « Il y a des gens qui minimisent leurs symptômes parce qu’ils ne peuvent se permettre un arrêt de travail », dit la Dre Marie-Suzanne Mathieu. Ensuite, il faut cibler, choisir avec le patient des aspects sur lesquels agir en priorité, le diabète par exemple. Il faut aussi prescrire des médicaments moins chers, proposer la marche au lieu du centre de conditionnement physique, explorer avec la personne diverses solutions en fonction de sa réalité.

La Dre Lucia Perez Repetto veut d’ailleurs aider les résidents à acquérir ces réflexes en intégrant au cursus du GMF-U d’Alma deux demi-journées de formation et de sensibilisation. Au programme : jeu-questionnaire sur les préjugés, jeux de rôles inversés médecin-personne à faible revenu, témoignages, atelier sur les formulaires médicaux pour l’aide sociale, repas-partage, etc. Une initiative qui sera mise en place après la pandémie et qui pourrait éventuellement s’étendre à d’autres milieux. 

18 décembre 2020

par Caroline Laberge, M.D., CCMF, FCMF  ProfessionSanté – L’actualité médicale

Dre Caroline Laberge, présidente du CQMF

En cette année 2020 qui s’achève, nous pouvons saluer tous les efforts déployés par la société depuis le début de cette pandémie. Nous sommes toutes et tous en constants réajustements, réorganisations de nos façons de faire, optimisation, tant dans nos vies personnelles que professionnelles.

Il n’y a rien de tel qu’un événement imprévu pour nous sortir de notre zone de confort et stimuler notre créativité. Lors de la première vague de la pandémie, c’est ce que toutes les équipes sur le terrain ont fait, rapidement, soit réorganiser les trajectoires de soins pour accueillir les premiers patients atteints de la COVID-19. La période de surprise et d’urgence passée, il y a toute une réflexion à faire sur comment saisir l’occasion qu’offre cette crise pour repenser nos façons de faire. À travers les initiatives de ses membres dynamiques et impliqués, le CQMF souhaite permettre le réseautage et le soutien entre pairs à l’aide de nouveaux moyens qui sauront vous aider au quotidien.

D’abord, les soins en CHSLD ont été sur toutes les tribunes dans les derniers mois en raison des lacunes que la pandémie a mises au jour. La communauté de pratique des médecins en CHSLD est un regroupement de médecins de famille et de gériatres qui sont au cœur de l’action et qui proposent de mettre en commun les leçons apprises et les meilleures pratiques tant au niveau clinique qu’organisationnel, logistique, prévention des infections, et j’en passe. Avec près de 400 médecins ayant adhéré à la communauté de pratique depuis septembre, on peut dire qu’elle répond à un grand besoin!

C’est aussi dans les prochaines semaines que le « conseil numérique », alias eConsult Québec, prendra enfin son envol dans toute la province. Plateforme sécurisée de consultation entre médecins de famille et spécialistes, cet outil permet de répondre à un grand nombre de questions que les médecins de famille se posent au quotidien avec leurs patients, sans devoir attendre les longs délais de consultation. Les soins aux patients en sont bonifiés, de même que l’expérience des médecins participants.

Le mentorat également est fort utile pour naviguer dans un système aussi complexe que le nôtre et l’introspection qu’une telle démarche amène est bénéfique, que l’on soit mentoré-e ou mentor-e, tant au niveau personnel que professionnel. Différentes formules s’offrent à nous, saisissons celle qui répond le mieux à nos impératifs!

Enfin, je nous souhaite à toutes et à tous un temps des fêtes reposant, à l’abri malgré nous des gros partys de Noël et des rassemblements! Que ce soit au travail ou avec nos proches, j’espère que cette période de festivités se déroulera paisiblement. Prenons le temps de décanter l’année, de nous reposer, de jouer dehors et de retrouver les plaisirs simples comme un bon chocolat chaud après quelques heures dans la neige! Découvrons le hygge, cet art de vivre danois, qui nous encourage à la gratitude, au cocooning et à la création d’un environnement de bien-être pour soi et ses proches!

30 novembre 2020

NATHALIE VALLERAND – Le Médecin du Québec

chsld-1

L’automne dernier, la Dre Thérèse Nguyen a adhéré à la nouvelle communauté de pratique des médecins en CHSLD (www.cpmchsld.ca). « Les cliniciens en CHSLD travaillent souvent seuls, constate l’omnipraticienne qui est chef de service des CHSLD du CISSS de Laval. Je suis devenue membre pour prendre contact avec d’autres chefs. Je veux ouvrir la discussion sur des enjeux comme les plans d’intervention médicale d’urgence ou la communication avec les gestionnaires. Je pense qu’on peut apprendre les uns des autres pour améliorer notre pratique et les soins aux patients. »

Tout médecin de famille ou médecin spécialiste qui œuvre en CHSLD ou éprouve un intérêt pour ce type d’établissement peut faire partie de cette communauté. Au début de novembre, elle comptait 345 membres.

Les échanges se font dans des forums en ligne sur la plateforme virtuelle Teams. Une douzaine de canaux de conversation proposent autant de sujets : prévention et contrôle des infections, éclosion de COVID, cogestion, tests et dépistage, deuil, réadaptation, etc. Des webinaires sont aussi présentés sur Teams, comme celui d’octobre dernier sur la thromboprophylaxie et les corticostéroïdes dans la prise en charge de la COVID-19 en CHSLD.

La Dre Nguyen a utilisé la plateforme pour lancer une suggestion qui a suscité un vif intérêt chez ses pairs : effectuer le dépistage hebdomadaire de la COVID-19 auprès du personnel des CHSLD à l’aide d’un test salivaire. « Comme c’est moins effractif qu’un prélèvement nasal avec écouvillon, le taux de participation est plus élevé, explique la clinicienne qui exerce au CHSLD Sainte-Dorothée et au GMF-R de la Polyclinique médicale Fabreville. De plus, cette méthode permet de détecter plus rapidement les personnes infectées, ce qui diminue les risques d’éclosion. » Le CISSS de Laval a été le premier au Québec à utiliser cette technique après la mise au point d’un test par son laboratoire de microbiologie.

« La communauté de pratique est une formule idéale pour partager de bonnes pratiques, trouver des réponses à des problèmes et réseauter », affirme pour sa part la Dre Sophie Zhang, médecin de famille et cochef adjointe de l’hébergement du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal. Elle fait partie des instigateurs de l’initiative, avec les médecins de famille Élise BoulangerCatherine RicherAndrée Robillard et Neb Kovacina, ainsi que les gériatres Julia Chabot et Quoc Dinh Nguyen. Les sept praticiens, qui se sont connus lors de la première vague de COVID-19, composent maintenant le comité directeur de la communauté de pratique des médecins en CHSLD.

Une station pour évaluer le patient à distance

Médecin de famille au GMF-U de Lévis et au CHSLD Paul-Gilbert, le Dr Julien Quinty a une passion pour la télésanté. Il a récemment lancé dans la communauté de pratique un canal de conversation sur ce sujet. Et il y a présenté sa nouvelle création : une station mobile de télésanté (photo).

Le Dr Quinty a fabriqué l’appareil à partir de l’équipement de prise des signes vitaux qu’on roule d’une chambre à l’autre. Il y a ajouté un bras articulé acheté sur Internet, une tablette électronique et le filage pour la charger.

La nouvelle station devient les yeux du médecin. « Une image vaut mille mots, explique son concepteur. Il est préférable de voir une plaie que de se la faire décrire. Un autre avantage de la station mobile : l’infirmière a les mains libres. Elle n’a plus à tenir la tablette tout en défaisant le pansement du patient, par exemple. »

chsld-2

Pour la Dre Thérèse Nguyen, la station mobile présentée par le Dr Quinty tombait pile. Elle cherchait justement un moyen de faire de la téléconsultation avec les résidents des CHSLD. « Quand je suis en zone rouge et qu’un patient en zone verte a besoin d’une évaluation médicale, c’est compliqué, car je dois passer par une « décontamination ». À l’aide d’une station comme celle du Dr Quinty, je pourrais faire ma tournée médicale dans la zone verte, sans sortir de la zone rouge. C’est une façon de se dédoubler ! De plus, cela permettrait d’utiliser moins d’équipement de protection. »

Pour l’omnipraticienne, les bonnes idées en santé sont faites pour être copiées ou adaptées à la réalité régionale de chacun. Elle fait d’ailleurs des démarches pour doter les CHSLD de son CISSS de stations mobiles.

Une communauté est née

C’est la COVID-19 — encore elle — qui est à l’origine de la communauté de pratique des médecins en CHSLD. Si la pandémie a frappé fort dans les CHSLD au printemps dernier, elle a aussi entraîné une vague d’entraide et de collaboration sans précédent. Les barrières tombaient. Des médecins venaient donner un coup de main dans les CHSLD. L’information circulait.

Par exemple, la Dre Sophie Zhang et la Dre Julia Chabot, gériatre au Centre hospitalier de St. Mary, ont réuni en un seul guide électronique les documents sur la gestion des éclosions de COVID-19 en CHSLD qu’elles avaient conçus avec leur équipe respective. « Nous nous sommes dit qu’il fallait partager notre expérience avec nos collègues de partout au Québec », dit la Dre Zhang, qui a contribué à gérer plus de 1 200 cas de cette maladie.

La crise a aussi donné une voix aux médecins en CHSLD. « Le Dr Quoc Dinh Nguyen nous a consultés plusieurs fois pour avoir notre opinion terrain sur divers dossiers, comme le retour des proches aidants dans les établissements », indique l’omnipraticienne. Gériatre au Centre hospitalier de l’Université de Montréal, le Dr Nguyen présidait un groupe d’experts qui conseillait le gouvernement sur les mesures pour les aînés pendant la première vague.

Tout cela devait continuer. « Les canaux de collaboration et de communication étaient ouverts. Il fallait qu’ils le restent, d’autant plus qu’il n’existait pas de regroupement de médecins en CHSLD », indique la Dre Zhang qui pratique aux CHSLD Jean-De La Lande et Paul-Bruchési, ainsi qu’au GMF-U des Faubourgs.

Mission élargie après la pandémie

chsld-3

La communauté de pratique des médecins en CHSLD a été créée l’été dernier et, dès septembre, elle s’intégrait au Collège québécois des médecins de famille (CQMF). Ses fondateurs ont pris cette décision pour en assurer la pérennité et en accroître l’influence dans le réseau de la santé. « Avec le rayonnement, le financement et l’aide administrative que nous procure le CQMF, nous avons bon espoir que la communauté ne disparaîtra pas après la COVID », affirme la Dre Zhang, qui en est coprésidente avec la Dre Boulanger.

Pour le moment, la nouvelle communauté de pratique se concentre sur la COVID-19. Toutefois, d’autres mandats s’ajouteront lorsque la vie normale reprendra. Par exemple, on discutera d’enjeux cliniques, comme les trajectoires de soins, la déprescription, l’approche palliative, etc. Il sera aussi question de collaboration interdisciplinaire. Le comité directeur souhaite également mettre sur pied une infrastructure de recherche en CHSLD, participer à la réflexion sociale sur les milieux d’hébergement des aînés dans la province et même tisser des liens avec des résidences privées qui offrent des soins.

« Notre objectif principal, c’est d’améliorer les soins aux personnes âgées et la qualité de la pratique médicale en CHSLD, souligne la Dre Sophie Zhang. Notre communauté de pratique contribuera aussi à donner une voix plus forte aux patients, aux travailleurs et aux milieux d’hébergement, jusqu’à maintenant peu représentés dans les instances administratives, professionnelles et gouvernementales. » 

23 novembre 2020

DENIS MÉTHOT – ProfessionSanté – L’actualité médicale

Photo : ProfessionSanté

Après la télémédecine, dont l’usage a explosé cette année au Québec en raison de la pandémie, un autre pas s’apprête à être franchi avec le déploiement à l’échelle provinciale du «conseil numérique». Ce mécanisme permet à un médecin de famille de demander un conseil ou un avis à un spécialiste via une plateforme numérique et d’obtenir une réponse en sept jours ou moins. Étant donné l’attente parfois très longue pour obtenir une consultation dans certaines spécialités, cet outil constituera un raccourci qui devrait bénéficier à des dizaines de milliers de patients.

L’avantage principal du conseil numérique sera d’éviter le transfert inutile de cas simples en spécialité alors qu’ils peuvent être résolus en 10 ou 15 minutes d’échanges entre deux médecins. Lors des trois projets-pilotes menés au Québec, le conseil numérique a permis d’éviter une consultation en spécialité pour 40% des demandes soumises. Grâce aux recommandations obtenues auprès du médecin spécialiste, le médecin de famille a revu son patient et conclu le dossier en quelques jours.

La référence en spécialité a été maintenue dans 28% des cas. Toutefois, grâce au conseil numérique, le rendez-vous avec le médecin spécialiste aura été plus efficace, car après avoir pris connaissance de la demande, ce dernier avait pu demander à l’omnipraticien des examens préalables ou supplémentaires avant de recevoir le patient. Il était donc mieux préparé à faire le suivi.

Des réponses extrêmement rapides

Là où le conseil numérique trouve toute son utilité, c’est pour avoir des réponses extrêmement rapides à des problèmes cliniques qui sont nouveaux pour l’omnipraticien ou pour lesquels il a besoin d’une confirmation de diagnostic, de traitement ou de médication de la part d’un médecin spécialiste. Exemple, un résultat d’examen signale une anomalie que le médecin de famille n’a jamais vue. Plutôt que de référer tout de suite le patient, l’omnipraticien écrit à un collègue participant en spécialité et lui demande conseil.  Il reçoit la réponse en une semaine ou moins.  Avec les précisions qu’il aura reçues, il pourra appeler ou revoir le patient pour compléter lui-même la démarche thérapeutique ou encore engager le processus de transfert.

Déploiement prochain

Ce mécanisme de consultation qui vise à éliminer les très longs et parfois inutiles délais pour être vus en médecine spécialisée a été mis au point il y a 10 ans en Ontario par deux femmes médecins, l’omnipraticienne Clare Liddy et l’endocrinologue Erin Keely qui étaient révoltées par les incroyables échéances pour être vu en spécialité. La formule a été reprise au Québec à l’initiative du Collège québécois des médecins de famille (CQMF) en 2014, à l’époque où la Dre Maxine Dumas-Pilon en était la présidente. Elle a fait l’objet de projets-pilotes dans l’Outaouais à compter de 2017, puis en Abitibi-Témiscamingue et en Mauricie-Centre-du-Québec à partir de 2018.  Lors de cette période d’essai et de rodage, 263 médecins de famille et 62 médecins spécialistes de 28 disciplines différentes se sont inscrits à «eConsult», et 4 771 consultations ont été réalisées.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux s’était vite impliqué dans l’initiative du CQMF. C’est lui aujourd’hui qui en est le maître-d’œuvre et s’apprête à lancer ce service à travers la province sous le nom français de «conseil numérique». Presque tous les éléments sont déjà en place. La plateforme web est prête et opérationnelle. Un accord sur la rémunération rattachée à cet acte pour les médecins de famille a été conclu le 16 novembre.  En date du 19 novembre, il restait à finaliser une pareille entente avec la FMSQ et à compléter le recrutement de médecins spécialistes motivés à offrir ce nouveau service.

On avance que Québec pourrait lancer le conseil numérique au mois de janvier 2021. Le plan de match du Ministère n’est pas connu. La Dre Dumas-Pilon s’attend à un déploiement progressif, d’abord avec un certain nombre de spécialités et de médecins, et à ce que l’adhésion croisse avec la demande.

Pour toutes les spécialités

Dans les régions du Québec où se sont déroulés les projets pilotes de «eConsult», les spécialités qui étaient les plus sollicitées par les médecins de famille étaient la dermatologie, la médecine interne, l’endocrinologie, la neurologie, la gynécologie et la psychiatrie. Selon la Dre Dumas-Pilon, qui agit aujourd’hui comme consultante pour le Ministère dans ce dossier, l’ensemble des spécialités se prêtent au conseil numérique. Après la télémédecine, elle y voit une nouvelle façon innovante d’offrir des soins à la population.

Aucun médecin ne sera toutefois obligé d’y adhérer et nul besoin non plus que tous les médecins spécialistes embarquent. Quelques individus motivés peuvent faire le travail dans une région. En Outaouais, deux dermatologues avaient été participantes et une endocrinologue a couvert trois régions.

Fonctionnement du conseil numérique

De préciser la Dre Dumas-Pilon, le conseil numérique ne deviendra pas un outil de triage du CRDS, mais dans la démarche, il précède le CRDS.  La procédure est simple. Le médecin de famille entre en contact avec le spécialiste via une plateforme web sécurisée qui permet des communications asynchrones. Il choisit la spécialité, entre le nom et l’âge du patient et pose sa question clinique. Il peut ajouter des documents, comme des photos. Le spécialiste aura sept jours pour répondre à sa demande initiale, mais lors des projets pilotes, le délai moyen de retour était de quatre jours. Le médecin de famille peut demander des précisions additionnelles. L’échange se poursuit tant que l’omnipraticien n’aura pas eu les réponses qu’il voulait. Lors des projets pilotes au Québec, le conseil numérique était accessible via un ordinateur, une tablette ou un téléphone intelligent.

Remplir une demande peut prendre à un médecin de famille de 5 à 15 minutes selon les cas, voire jusqu’à 30 minutes et plus en psychiatrie. «Il y a une charge de travail, mais il y a des économies de temps pour le médecin, et le patient ne vient pas te revoir plusieurs fois dans la même année avec le même problème parce que tu es toujours en attente de la réponse du spécialiste», souligne la Dre Dumas-Pilon.

Le volume de demandes qu’expédient les médecins de famille n’est pas affolant.  La Dre Annabelle Lévesque-Chouinard, qui a été la première médecin de famille à y recourir au Québec, l’utilise en moyenne une fois par semaine. Le Dr Éric Himaya, un gynécologue de l’Outaouais qui participe au conseil numérique depuis 2017, dit recevoir une à deux demandes hebdomadaires.  Il répond souvent au moyen de son téléphone cellulaire entre deux occupations et estime que chaque réponse lui prend environ 10 minutes car il donne beaucoup d’informations. Sinon, elle pourrait être plus rapide.

Les avantages du conseil numérique

En bout de ligne, le grand gagnant du conseil numérique sera le patient, car grâce à son médecin de famille, il aura obtenu l’avis d’un médecin spécialiste en sept jours ou moins plutôt qu’en quelques mois et son problème sera peut-être réglé rapidement par son omnipraticien, ce qui va réduire son taux d’anxiété et éviter une détérioration possible de son état.

Le médecin de famille y trouve aussi son compte, car en plus d’offrir un meilleur service à son patient, il en tire un enseignement professionnel important. De son côté, le médecin spécialiste participant aura la satisfaction de penser qu’il fait de la bonne médecine et qu’un patient n’aura pas eu à attendre des mois, voire des années, pour obtenir ses conseils. Finalement, tout le système de santé et la société y gagnent, croit la Dre Dumas-Pilon.

L’avènement du conseil numérique va-t-il affecter le recours au CRDS? «Il faudra que les médecins recourent au conseil numérique pour qu’il ait un impact, estime l’ancienne présidente du CQMF. Le défi à relever, c’est de le faire connaître auprès des omnipraticiens qui l’utilisent, de bien attacher l’offre de médecins spécialistes de l’autre côté et qu’ils veuillent bien répondre aux demandes qui leur seront adressées.»

Je suis membre parce que ...

 Je reçois le soutien nécessaire pour devenir un meilleur médecin, jour après jour 

Marie-Claude Moore, M.D., CCMF

 Les membres de cette grande famille me ressourcent et m’inspirent! 

Caroline Laberge, M.D., CCMF, FCMF

 Le CQMF me permet de développer un soutien concret aux jeunes médecins du Québec 

Dominique Deschênes, M.D., CCMF, FCMF

J'adhère