9 décembre 2021

PAR MATHIEU STE-MARIE ‒ Profession Santé ‒ L’actualité médicale

Dr Claude Rivard
Dr Claude Rivard

Le temps est souvent une denrée rare pour les médecins de famille qui, en plus de voir plusieurs patients, doivent effectuer maintes tâches administratives au quotidien. Voici quelques conseils pour mieux organiser votre travail et, au final, avoir plus de temps.   

Aménager son horaire

S’il avait un seul conseil à donner, le Dr Claude Rivard, médecin responsable de la clinique familiale des Haut-Bois à Sainte-Julie dirait aux jeunes médecins de toujours aménager leur horaire de travail de façon à le rendre flexible. 

«L’horaire doit être malléable et flexible pour pouvoir répondre à la demande. Les jeunes médecins ne doivent pas être dans un carcan, sans quoi ils risquent de se brûler ou trouver ça plate», explique le médecin de famille d’expérience.

Par exemple, un médecin pourrait décider d’effectuer les consultations en personne le matin, et de faire des consultations en virtuel et des tâches administratives l’après-midi. Une journée par semaine, il pourrait effectuer les consultations avec une infirmière.

Il y a mille façons d’aménager son horaire. Chacun doit trouver une façon de faire qui lui permettra de mieux gérer son temps.

Même si c’est un élément important du travail, l’organisation du temps est peu enseignée dans les facultés de médecine.  «Souvent, les jeunes médecins vont copier ce que font d’autres médecins plus expérimentés. Cela les empêche de penser en dehors de la boîte. Un jeune peut donc commencer à travailler et ne pas penser à aménager son horaire pour rendre sa tâche plus facile», souligne le Dr Rivard.

Travailler en équipe

Si le médecin veut se libérer du temps, le travail d’équipe est primordial. «On ne peut pas tout faire seul, il faut apprendre à travailler en équipe. Il ne faut jamais sous-estimer la force du groupe, autant les autres médecins, le personnel clérical que les infirmières», souligne le médecin de famille en GMF.

Par exemple, l’infirmière peut voir le patient avant le médecin afin de faire un prétriage ou de prendre des informations sur la personne. De cette façon, le médecin peut se concentrer sur les tâches qui sont uniquement médicales.

Les infirmières peuvent également prendre connaissance des tests de laboratoire et envoyer seulement celles positives aux médecins. Cela fait économiser un temps précieux aux médecins.

Plusieurs d’entre eux déplorent la lourdeur des tâches administratives. Le Dr Rivard estime que les infirmières peuvent aider les médecins à ce chapitre. «Les formulaires d’assurance sont remplis en partie par mon infirmière», dit-il. 

Bien choisir son milieu

Certains milieux permettent difficilement de bien organiser son temps et son travail. C’est pourquoi il faut bien choisir son milieu avant de l’intégrer. L’équipe cléricale est-elle stable? La clinique a-t-elle un site web et les patients peuvent-ils envoyer un courriel à la secrétaire? Les autres médecins peuvent-ils prendre en charge nos patients lorsqu’on est en congé de paternité ou en vacances?

Les jeunes médecins doivent se poser ces questions avant de pratiquer dans une clinique, soutient le Dr Claude Rivard.  L’information de la clinique doit aussi peser dans la balance. «J’ai souvent conseillé aux jeunes médecins lorsqu’ils visitaient une clinique médicale de quitter immédiatement l’endroit s’ils voyaient une grosse pile de dossiers papier à côté d’une secrétaire. Même chose, s’ils voyaient une dactylo.»PUBLICITÉ

La télémédecine à la rescousse

Si la télémédecine permet aux patients de ne pas se déplacer, elle fait aussi économiser du temps aux médecins, souligne le Dr Rivard. «Je suis capable de régler les problèmes au téléphone. La technologie permet de repenser notre organisation du travail, notre horaire et notre manière de travailler.»

Pour les visites à domicile, le médecin de famille peut demander à une infirmière d’aller voir ses patients. Celle-ci peut, par exemple, prendre une photo de la plaie du patient et lui envoyer pour qu’il l’examine.

En plus de lui faire gagner du temps, cette façon de faire pourrait un jour être payante. «Pour l’instant, ça me coûte de l’argent d’envoyer l’infirmière voir mes patients. Par contre, lorsque l’on va être à la capitation, je vais être rémunéré par rapport au nombre de patients et non à l’acte. Tant que je suis capable de donner un service, peu importe qui le donne, je vais être rémunéré.»


Le Dr Claude Rivard donnera un webinaire sur la gestion de l’horaire au bureau le 13 décembre prochain dans le cadre d’un événement organisé par le Collège québécois des médecins de famille. Il sera accompagné de l’agente d’amélioration continue de la qualité, Mireille Plouffe-Malette.