Error: Anonymous form submissions are not enabled for this site, try logging in first contacting your site administrator.

Missing content: 'undefined' particle cannot be found.

Montréal, 3 juin 2022 – Le Collège québécois des médecins de famille (CQMF) a célébré aujourd’hui le lauréat et les lauréates 2022 de ses prix. La cérémonie a pris place au Palais des congrès de Montréal, dans le cadre de la Journée CQMF 2022. Nous sommes fiers de vous présenter ces médecins qui incarnent avec authenticité et fraîcheur la profession qui nous est si chère.

Médecin de famille de l’année

Le prix du Médecin de famille de l’année 2022 a été décerné au Dr Gilles Brousseau. Pilier de la communauté médicale en Outaouais, le Dr Gilles Brousseau est reconnu par ses pairs pour son travail exemplaire en milieu clinique, hospitalier et académique. Il est à l’origine de la mise en place du Campus Outaouais de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université McGill. Depuis près de 40 ans, sa carrière de médecin de famille se définit par son engagement, sa persévérance, son esprit de collaboration, son enthousiasme et son humanisme bien senti. Le Dr Brousseau a contribué à la formation de centaines de médecins et a été l’instigateur de plusieurs projets en santé au bénéfice de la population de sa région.

Mentore de l’année

Le prix Mentore de l’année a été attribué à la Dre Josette Castel. Passionnée, à l’écoute, attentive, sage et profondément humaine, la Dre Josette Castel est une mentore efficace et extrêmement appréciée. Impliquée dans le programme de mentorat du CQMF depuis 2019, son désir de transmettre sa passion pour la médecine de famille, tout en gardant un équilibre entre la vie personnelle et professionnelle, a marqué le parcours de ses mentorés-es. La Dre Castel est une source d’inspiration pour les jeunes médecins et pour les plus expérimentés.

Prix d’excellence, Prix de la relève en médecine de famille, Prix Nadine St-Pierre

Nous vous invitons à découvrir l’ensemble de nos récipiendaires, soit les lauréates des Prix d’excellence, la Dre Goldie Marmor, contribution à l’enseignement de la médecine de famille et la Dre Vanessa Pasztorcontribution à la vie universitaire/hospitalière/GMF-U. De même, la Dre Christina Duong qui s’est vu remettre le Prix de la relève en médecine de famille et la Dre Geneviève Arsenault, lalauréate du Prix Nadine St-Pierre 2021.

Dévoilement du nouveau Prix Andrée Gagnon

Ce prix du CQMF est décerné en hommage à la docteure Andrée Gagnon, décédée le 20 janvier 2020 à la suite d’un cancer qui l’a poursuivie de nombreuses années. Championne reconnue dans le monde de la périnatalité au Québec, dédiée à sa communauté et dévouée envers sa famille, la Dre Andrée Gagnon, médecin accoucheuse et mère de six enfants, a imprégné par sa fougue, sa résilience dans la maladie et son amour de la profession et de l’enseignement tous celles et ceux qui ont croisé son chemin. Modèle de rôle exceptionnel, elle aura été pour de nombreuses cohortes l’étincelle à la source d’une pratique signifiante et profondément humaine. Cette distinction honorifique célèbre ainsi l’engagement passionné d’une ou d’un médecin de famille dont l’influence positive est inspirante. Le Prix Andrée Gagnon sera attribué pour la première fois l’an prochain, soit en 2023.

Mission du CQMF

Le Collège québécois des médecins de famille (CQMF) a pour mission d’inspirer et de soutenir les médecins de famille et leurs partenaires dans l’adoption de meilleures pratiques au bénéfice de la santé de la population. Il regroupe quelque 4 500 membres. Ses activités sont assurées par des médecins de famille bénévoles et engagés envers la profession et la collectivité. Le CQMF est l’aile québécoise du Collège des médecins de famille du Canada (CMFC), l’organisme professionnel responsable d’établir les normes et de procéder à l’agrément des programmes de formation postdoctorale en médecine de famille dans les 17 facultés de médecine du pays.

Source : Collège québécois des médecins de famille (CQMF)

Pour information : Linda Lévesque, responsable des communications, 450 973-2228; cellulaire : 514 242-8909; llevesque@cqmf.qc.ca

Le CQMF est prêt pour l’action

Laval, 29 mars 2022 – Le Collège québécois des médecins de famille (CQMF) salue la volonté politique – de passer à l’action – du gouvernement du Québec afin d’assurer aux Québécoises et Québécois des soins et des services accessibles. Le plan déposé, Plus humain et plus performant – Plan pour mettre en œuvre les changements nécessaires en santé, vise la meilleure « expérience-patient ». Nous prenons acte de cette volonté d’appliquer enfin des solutions préconisées depuis des décennies et offrons notre collaboration pour y arriver.  

Accessibilité aux soins et services de santé

Le CQMF prône l’accroissement du travail interprofessionnel pour assurer un meilleur accès aux soins et services. C’est pourquoi il accueille favorablement le fait que la possibilité sera donnée aux médecins de famille ‒ notamment « en orientant le patient vers le bon professionnel en fonction de son enjeu de santé » ‒ de suivre de plus grandes cohortes de patients, dans une médecine de qualité, grâce à l’apport des autres professionnels-les et à « un élargissement du bassin d’agents administratifs dans les services cliniques afin de libérer du temps aux cliniciens ». À l’égard de services accrus de télésanté et d’intégration de nouvelles technologies de l’information, entre autres, nous attendons d’avoir plus de détails, car nous avons formulé des recommandations en matière de soins virtuels et d’implantation technologique et espérons vivement qu’elles seront prises en compte.     

Pertinence des soins et des services

L’expertise de l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) sera mise à profit « pour cibler les interventions cliniques à faible valeur et proposer des solutions de remplacement basées sur les données probantes ». Le CQMF promeut le concept de pertinence des soins et des services, notamment à travers la campagne Choisir avec soin Québec et la formation continue. Une des solutions pour une utilisation judicieuse des examens et des traitements réside dans la formation des médecins et des professionnels-les de la santé sur le surdiagnostic et le surtraitement – réduction des examens et des traitements inutiles – afin d’utiliser temps et ressources à bon escient. Nous serons heureux de collaborer à cette approche, car il importe de mettre également à profit l’expertise des médecins de famille, leur regard critique essentiel et leur vision globale.

De plus, le développement à venir d’outils d’autosoins, qui guideront les patientes et patients et favoriseront l’autogestion de problèmes de santé mineurs et courants, concourra à la pertinence des rendez-vous médicaux. Nous nous en réjouissons. En outre, nous soulignons que l’importance qui sera accordée à la prévention et à la promotion du bien-être et des saines habitudes de vie sera un incontournable dans une visée d’amélioration de l’état de santé et de la qualité de vie de nos concitoyennes et concitoyens.

Valorisation de la médecine de famille

La mise en place annoncée d’un plan de valorisation de la médecine de famille « pour soutenir, reconnaître et valoriser la profession, en collaboration avec le milieu » est une bonne nouvelle. Nous réitérons notre volonté d’être partie prenante dans l’élaboration de ce plan et dans sa mise en œuvre. De même, le CQMF prône la reconnaissance de l’engagement des médecins en pratique. Cette reconnaissance passe par la flexibilité pour les médecins de famille d’ajuster leur offre de services en première ligne au cours de leur carrière, et cela, en tenant compte notamment de leurs engagements en 2e ligne, de leur situation familiale et de leur état de santé. À l’aube de nombreux départs à la retraite, le manque de popularité de la spécialité de la médecine de famille auprès des apprenantes et apprenants accentue cette problématique qui a une incidence directe sur l’accessibilité. C’est pourquoi, dans l’immédiat, il faudra tabler sur des stratégies de valorisation et de rétention des effectifs en place. Une action concertée à cet égard sera nécessaire.

Innovation

Le CQMF lance une invitation au gouvernement du Québec qui a exprimé, par l’entremise de son ministre de la Santé, souhaiter se rapprocher des intervenantes et intervenants en matière d’innovation en santé et services sociaux. De fait, le CQMF favorise, depuis 2017, l’interaction entre acteurs clés de la première ligne en créant un espace hors silos, son Symposium sur les innovations, qui aura conduit, entre autres, à l’actuel conseil numérique.

Mission du CQMF

Le Collège québécois des médecins de famille (CQMF) a pour mission d’inspirer et soutenir les médecins de famille et leurs partenaires dans l’adoption de meilleures pratiques au bénéfice de la santé de la population. Il regroupe quelque 4 500 membres. Ses activités sont assurées par des médecins de famille bénévoles et engagés envers la profession et la collectivité. Le CQMF est l’aile québécoise du Collège des médecins de famille du Canada (CMFC), l’organisme professionnel responsable d’établir les normes et de procéder à l’agrément des programmes de formation postdoctorale en médecine de famille dans les 17 facultés de médecine du pays.

Source : Collège québécois des médecins de famille (CQMF)

Pour information : Linda Lévesque, responsable des communications, 450 973-2228; cellulaire : 514 242-8909; llevesque@cqmf.qc.ca

Le CQMF est prêt pour l’action

COMMUNIQUÉ

Le Collège québécois des médecins de famille (CQMF) salue la volonté politique – de passer à l’action – du gouvernement du Québec afin d’assurer aux Québécoises et Québécois des soins et des services accessibles. Le plan déposé, Plus humain et plus performant – Plan pour mettre en œuvre les changements nécessaires en santé, vise la meilleure « expérience-patient ». Nous prenons acte de cette volonté d’appliquer enfin des solutions préconisées depuis des décennies et offrons notre collaboration pour y arriver.  

Accessibilité aux soins et services de santé

Le CQMF prône l’accroissement du travail interprofessionnel pour assurer un meilleur accès aux soins et services. C’est pourquoi il accueille favorablement le fait que la possibilité sera donnée aux médecins de famille ‒ notamment « en orientant le patient vers le bon professionnel en fonction de son enjeu de santé » ‒ de suivre de plus grandes cohortes de patients, dans une médecine de qualité, grâce à l’apport des autres professionnels-les et à « un élargissement du bassin d’agents administratifs dans les services cliniques afin de libérer du temps aux cliniciens ». À l’égard de services accrus de télésanté et d’intégration de nouvelles technologies de l’information, entre autres, nous attendons d’avoir plus de détails, car nous avons formulé des recommandations en matière de soins virtuels et d’implantation technologique et espérons vivement qu’elles seront prises en compte.     

Pertinence des soins et des services

L’expertise de l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) sera mise à profit « pour cibler les interventions cliniques à faible valeur et proposer des solutions de remplacement basées sur les données probantes ». Le CQMF promeut le concept de pertinence des soins et des services, notamment à travers la campagne Choisir avec soin Québec et la formation continue. Une des solutions pour une utilisation judicieuse des examens et des traitements réside dans la formation des médecins et des professionnels-les de la santé sur le surdiagnostic et le surtraitement – réduction des examens et des traitements inutiles – afin d’utiliser temps et ressources à bon escient. Nous serons heureux de collaborer à cette approche, car il importe de mettre également à profit l’expertise des médecins de famille, leur regard critique essentiel et leur vision globale.

De plus, le développement à venir d’outils d’autosoins, qui guideront les patientes et patients et favoriseront l’autogestion de problèmes de santé mineurs et courants, concourra à la pertinence des rendez-vous médicaux. Nous nous en réjouissons. En outre, nous soulignons que l’importance qui sera accordée à la prévention et à la promotion du bien-être et des saines habitudes de vie sera un incontournable dans une visée d’amélioration de l’état de santé et de la qualité de vie de nos concitoyennes et concitoyens.

Valorisation de la médecine de famille

La mise en place annoncée d’un plan de valorisation de la médecine de famille « pour soutenir, reconnaître et valoriser la profession, en collaboration avec le milieu » est une bonne nouvelle. Nous réitérons notre volonté d’être partie prenante dans l’élaboration de ce plan et dans sa mise en œuvre. De même, le CQMF prône la reconnaissance de l’engagement des médecins en pratique. Cette reconnaissance passe par la flexibilité pour les médecins de famille d’ajuster leur offre de services en première ligne au cours de leur carrière, et cela, en tenant compte notamment de leurs engagements en 2e ligne, de leur situation familiale et de leur état de santé. À l’aube de nombreux départs à la retraite, le manque de popularité de la spécialité de la médecine de famille auprès des apprenantes et apprenants accentue cette problématique qui a une incidence directe sur l’accessibilité. C’est pourquoi, dans l’immédiat, il faudra tabler sur des stratégies de valorisation et de rétention des effectifs en place. Une action concertée à cet égard sera nécessaire.

Innovation

Le CQMF lance une invitation au gouvernement du Québec qui a exprimé, par l’entremise de son ministre de la Santé, souhaiter se rapprocher des intervenantes et intervenants en matière d’innovation en santé et services sociaux. De fait, le CQMF favorise, depuis 2017, l’interaction entre acteurs clés de la première ligne en créant un espace hors silos, son Symposium sur les innovations, qui aura conduit, entre autres, à l’actuel conseil numérique.

Mission du CQMF

Le Collège québécois des médecins de famille (CQMF) a pour mission d’inspirer et soutenir les médecins de famille et leurs partenaires dans l’adoption de meilleures pratiques au bénéfice de la santé de la population. Il regroupe quelque 4 500 membres. Ses activités sont assurées par des médecins de famille bénévoles et engagés envers la profession et la collectivité. Le CQMF est l’aile québécoise du Collège des médecins de famille du Canada (CMFC), l’organisme professionnel responsable d’établir les normes et de procéder à l’agrément des programmes de formation postdoctorale en médecine de famille dans les 17 facultés de médecine du pays.

Source : Collège québécois des médecins de famille (CQMF); publié le 29 mars 2022

Pour information : Linda Lévesque, responsable des communications, 450 973-2228; cellulaire : 514 242-8909; llevesque@cqmf.qc.ca

Pour des soins de santé accessibles et de qualité

Laval, 3 février 2022 – La Dre Caroline Laberge, présidente du Collège québécois des médecins de famille (CQMF), s’adresse aujourd’hui à la Commission de la santé et des services sociaux dans le cadre des consultations particulières sur le projet de loi no 11. « Pour assurer un meilleur accès aux soins et services de première ligne, il faut accroître le travail de collaboration interprofessionnelle en augmentant le nombre de ressources au sein des équipes de soins », déclare la Dre Laberge. Le projet de loi no 11, dans sa visée, se concentre sur l’accès / « l’offre » des médecins de famille par le biais d’une plateforme de rendez-vous, alors que tout se joue au niveau de l’organisation des soins et des services de la première ligne.

« Nous demandons aux décideurs de mettre à profit l’expertise des médecins de famille dans l’élaboration du plan de redressement annoncé de notre système de santé québécois. Nous voulons être partie prenante à la discussion », souligne la Dre Laberge. Le CQMF rend public son mémoire qu’il a déposé à la Commission.

L’accès, la collaboration interprofessionnelle et la qualité des soins

Au cours des dernières années, le travail de collaboration interprofessionnelle s’est développé au Québec. C’est pourquoi l’accès aux soins ne devrait pas reposer sur la seule disponibilité des médecins de famille dont l’offre s’étend également aux services de 2e et de 3e lignes.

Avec la longévité accrue et le nombre grandissant de personnes aux prises avec des maladies chroniques multiples ou encore des enjeux de santé mentale, nous constatons un changement dans les besoins de la population. Une organisation des soins et des services orientée vers une prise en charge globale et à long terme est la voie de solution démontrée. Elle passe par des équipes interprofessionnelles de première ligne, accessibles et adéquatement outillées. Les plages de rendez-vous disponibles ainsi multipliées permettraient d’assurer une réponse aux besoins ponctuels tout en offrant des soins complets et globaux de qualité. Nous prônons l’accès aux bons soins, auprès des bons professionnels-les, au bon moment.

La pertinence des rendez-vous

La performance ne se mesure pas au nombre de rendez-vous offerts. Des soins de qualité exigent du temps et une compréhension globale du patient. Un service axé sur des consultations rapides n’abordant que des problèmes ponctuels peut sembler performant à court terme, mais n’améliore pas l’état de santé à long terme des personnes qui consultent.

La tâche administrative des médecins s’est alourdie au fil des années, réduisant par le fait même leur disponibilité pour voir des patients. Il est démontré que des rendez-vous de courte durée sans suivi longitudinal génèrent plus de tests qu’une rencontre entre un patient et son équipe de soins. On estime jusqu’à 30 % les examens et les traitements non nécessaires, d’où l’importance d’une sensibilisation au concept de pertinence des soins et d’utilisation judicieuse des ressources.

Nos recommandations

Le CQMF formule quatre (4) recommandations visant à accroître l’accès à la première ligne de soins et la valorisation de la profession dont l’attractivité est fondamentale dans la poursuite de cet objectif.

  1. Accroître le travail interprofessionnel pour assurer un meilleur accès aux soins et services, afin que les médecins de famille ne soient pas la seule et unique porte d’entrée du système de santé
    • Augmenter le nombre d’infirmières et d’infirmiers dans les GMF et favoriser un service d’orientation préalable pour diriger la patiente ou le patient à la bonne ressource professionnelle, au bon moment.
    • Donner la possibilité à chaque médecin de suivre de plus grandes cohortes de patients, dans une médecine de qualité, grâce à l’apport des autres professionnels-les.
    • Respecter le jugement du médecin dans ses décisions en matière de suivis médicaux ‒ durée du rendez-vous selon la complexité, consultations virtuelles, délégation de suivis, capacité ou non d’élargir sa patientèle.
  2. Valoriser la médecine de famille
    • En faire une spécialité attrayante pour la relève
      • Établir rapidement un plan d’action pour la valorisation de la profession, de concert avec les facultés de médecine et les organismes impliqués en médecine de famille.
    • Reconnaître l’engagement des médecins en pratique
      • Offrir aux médecins de famille la flexibilité d’ajuster leur offre de services en première ligne au cours de leur carrière – en tenant compte de leurs engagements en 2e ligne, de leur situation familiale et de leur état de santé – dans le but d’éviter l’épuisement, l’exode ou une fin de carrière précipitée.
      • Mettre à profit l’expertise des médecins de famille dans l’élaboration d’un « plan de redressement » du système de santé québécois.
  3. Promouvoir le concept de pertinence des soins et des services
    • Former nos médecins et professionnels-les de la santé sur le surdiagnostic et le surtraitement – réduction des examens et des traitements inutiles – pour utiliser temps et ressources à bon escient.
    • Guider et outiller les citoyennes et citoyens pour favoriser l’autogestion des problèmes de santé mineurs et courants, afin d’assurer la pertinence des rendez-vous médicaux.
  4. Tenir compte des éléments suivants dans l’implantation d’une technologie de prise de rendez-vous en ligne :
    • Doter cette plateforme d’algorithmes d’intelligence artificielle de façon à diriger la personne en démarche de rendez-vous au bon professionnel, au bon moment, et l’outiller avec des guides d’autosoins.
    • Moduler l’offre pour éviter de transformer en « sans rendez-vous » toutes les plages disponibles du médecin; réserver des plages horaires en nombre suffisant et de durée adéquate pour permettre au médecin de famille d’offrir des soins complets et globaux à sa patientèle.
    • Enfin, il serait inacceptable d’utiliser cette plateforme pour juger de la « productivité » des médecins de famille selon le nombre de rendez-vous offerts ou pour s’ingérer dans la gestion de leurs horaires individuels.  

Mission du CQMF

Le Collège québécois des médecins de famille (CQMF) a pour mission d’inspirer et soutenir les médecins de famille et leurs partenaires dans l’adoption de meilleures pratiques au bénéfice de la santé de la population. Il regroupe quelque 4 500 membres. Ses activités sont assurées par des médecins de famille bénévoles et engagés envers la profession et la collectivité. Le CQMF est l’aile québécoise du Collège des médecins de famille du Canada (CMFC), l’organisme professionnel responsable d’établir les normes et de procéder à l’agrément des programmes de formation postdoctorale en médecine de famille dans les 17 facultés de médecine du pays.

Source : Collège québécois des médecins de famille (CQMF)

Pour information : Linda Lévesque, responsable des communications, 450 973-2228; cellulaire : 514 242-8909; llevesque@cqmf.qc.ca

Pour des soins de santé accessibles et de qualité

COMMUNIQUÉ

La Dre Caroline Laberge, présidente du Collège québécois des médecins de famille (CQMF), s’adresse aujourd’hui à la Commission de la santé et des services sociaux dans le cadre des consultations particulières sur le projet de loi no 11. « Pour assurer un meilleur accès aux soins et services de première ligne, il faut accroître le travail de collaboration interprofessionnelle en augmentant le nombre de ressources au sein des équipes de soins », déclare la Dre Laberge. Le projet de loi no 11, dans sa visée, se concentre sur l’accès / « l’offre » des médecins de famille par le biais d’une plateforme de rendez-vous, alors que tout se joue au niveau de l’organisation des soins et des services de la première ligne.

« Nous demandons aux décideurs de mettre à profit l’expertise des médecins de famille dans l’élaboration du plan de redressement annoncé de notre système de santé québécois. Nous voulons être partie prenante à la discussion », souligne la Dre Laberge. Le CQMF rend public son mémoire qu’il a déposé à la Commission.

L’accès, la collaboration interprofessionnelle et la qualité des soins

Au cours des dernières années, le travail de collaboration interprofessionnelle s’est développé au Québec. C’est pourquoi l’accès aux soins ne devrait pas reposer sur la seule disponibilité des médecins de famille dont l’offre s’étend également aux services de 2e et de 3e lignes.

Avec la longévité accrue et le nombre grandissant de personnes aux prises avec des maladies chroniques multiples ou encore des enjeux de santé mentale, nous constatons un changement dans les besoins de la population. Une organisation des soins et des services orientée vers une prise en charge globale et à long terme est la voie de solution démontrée. Elle passe par des équipes interprofessionnelles de première ligne, accessibles et adéquatement outillées. Les plages de rendez-vous disponibles ainsi multipliées permettraient d’assurer une réponse aux besoins ponctuels tout en offrant des soins complets et globaux de qualité. Nous prônons l’accès aux bons soins, auprès des bons professionnels-les, au bon moment.

La pertinence des rendez-vous

La performance ne se mesure pas au nombre de rendez-vous offerts. Des soins de qualité exigent du temps et une compréhension globale du patient. Un service axé sur des consultations rapides n’abordant que des problèmes ponctuels peut sembler performant à court terme, mais n’améliore pas l’état de santé à long terme des personnes qui consultent.

La tâche administrative des médecins s’est alourdie au fil des années, réduisant par le fait même leur disponibilité pour voir des patients. Il est démontré que des rendez-vous de courte durée sans suivi longitudinal génèrent plus de tests qu’une rencontre entre un patient et son équipe de soins. On estime jusqu’à 30% les examens et les traitements non nécessaires, d’où l’importance d’une sensibilisation au concept de pertinence des soins et d’utilisation judicieuse des ressources.

Nos recommandations

Le CQMF formule quatre (4) recommandations visant à accroître l’accès à la première ligne de soins et la valorisation de la profession dont l’attractivité est fondamentale dans la poursuite de cet objectif.

  1. Accroître le travail interprofessionnel pour assurer un meilleur accès aux soins et services, afin que les médecins de famille ne soient pas la seule et unique porte d’entrée du système de santé
    • Augmenter le nombre d’infirmières et d’infirmiers dans les GMF et favoriser un service d’orientation préalable pour diriger la patiente ou le patient à la bonne ressource professionnelle, au bon moment.
    • Donner la possibilité à chaque médecin de suivre de plus grandes cohortes de patients, dans une médecine de qualité, grâce à l’apport des autres professionnels-les.
    • Respecter le jugement du médecin dans ses décisions en matière de suivis médicaux ‒ durée du rendez-vous selon la complexité, consultations virtuelles, délégation de suivis, capacité ou non d’élargir sa patientèle.
  2. Valoriser la médecine de famille
    • En faire une spécialité attrayante pour la relève
      • Établir rapidement un plan d’action pour la valorisation de la profession, de concert avec les facultés de médecine et les organismes impliqués en médecine de famille.
    • Reconnaître l’engagement des médecins en pratique
      • Offrir aux médecins de famille la flexibilité d’ajuster leur offre de services en première ligne au cours de leur carrière – en tenant compte de leurs engagements en 2e ligne, de leur situation familiale et de leur état de santé – dans le but d’éviter l’épuisement, l’exode ou une fin de carrière précipitée.
      • Mettre à profit l’expertise des médecins de famille dans l’élaboration d’un « plan de redressement » du système de santé québécois.
  3. Promouvoir le concept de pertinence des soins et des services
    • Former nos médecins et professionnels-les de la santé sur le surdiagnostic et le surtraitement – réduction des examens et des traitements inutiles – pour utiliser temps et ressources à bon escient.
    • Guider et outiller les citoyennes et citoyens pour favoriser l’autogestion des problèmes de santé mineurs et courants, afin d’assurer la pertinence des rendez-vous médicaux.
  4. Tenir compte des éléments suivants dans l’implantation d’une technologie de prise de rendez-vous en ligne :
    • Doter cette plateforme d’algorithmes d’intelligence artificielle de façon à diriger la personne en démarche de rendez-vous au bon professionnel, au bon moment, et l’outiller avec des guides d’autosoins.
    • Moduler l’offre pour éviter de transformer en « sans rendez-vous » toutes les plages disponibles du médecin; réserver des plages horaires en nombre suffisant et de durée adéquate pour permettre au médecin de famille d’offrir des soins complets et globaux à sa patientèle.
    • Enfin, il serait inacceptable d’utiliser cette plateforme pour juger de la « productivité » des médecins de famille selon le nombre de rendez-vous offerts ou pour s’ingérer dans la gestion de leurs horaires individuels.  

Mission du CQMF

Le Collège québécois des médecins de famille (CQMF) a pour mission d’inspirer et soutenir les médecins de famille et leurs partenaires dans l’adoption de meilleures pratiques au bénéfice de la santé de la population. Il regroupe quelque 4 500 membres. Ses activités sont assurées par des médecins de famille bénévoles et engagés envers la profession et la collectivité. Le CQMF est l’aile québécoise du Collège des médecins de famille du Canada (CMFC), l’organisme professionnel responsable d’établir les normes et de procéder à l’agrément des programmes de formation postdoctorale en médecine de famille dans les 17 facultés de médecine du pays.

Source : Collège québécois des médecins de famille (CQMF); publié le 3 février 2022

Pour information : Linda Lévesque, responsable des communications, 450 973-2228; cellulaire : 514 242-8909; llevesque@cqmf.qc.ca

logo

Bloc medecin

Photo Fotolia

Agence QMI Publié le 11 novembre 2021 à 22:22

Le collège québécois des médecins de famille (CQMF) a demandé jeudi une réorganisation en profondeur des soins de première ligne afin de faciliter le travail d’équipe et de permettre aux patients de voir le bon professionnel rapidement.

Bien qu’il ait salué jeudi les efforts du gouvernement du Québec pour assurer un meilleur accès aux médecins de famille, le CQMF a rappelé que le manque d’accès ne découlait pas du fait que les médecins de famille ne travailleraient pas suffisamment, mais bien de l’organisation des soins en première ligne modulée par les différentes interventions gouvernementales de mandat en mandat.

Les besoins de la population ont crû au fil des ans notamment avec l’augmentation de la longévité et de la survie des patients aux prises avec des maladies chroniques, ou des enjeux de santé mentale.

Écoutez le résumé des actualités avec Alexandre Dubé sur QUB radio  

«Malheureusement, ces derniers ne sont pas pris en compte avec justesse dans la logique mathématique proposée par le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé. Dans les faits, les médecins de famille abordent souvent plusieurs problèmes à l’intérieur d’un même rendez-vous. C’est pourquoi le temps de consultation varie pour assurer une haute qualité de soins aux personnes que nous soignons», a indiqué le CQMF par voie de communiqué, jeudi.

Le faible taux de comblement des postes de résidence en médecine de famille et les nombreuses retraites à venir «ne sont pas sans nous préoccuper sérieusement», a ajouté le collège.

Plus que jamais, il faut agir de concert, privilégier un sain dialogue, et valoriser ce travail si important, a précisé le CQMF.

Laval, 11 novembre 2021 – Le Collège québécois des médecins de famille (CQMF) salue les efforts du gouvernement du Québec pour assurer aux Québécoises et Québécois l’accès à une ou à un médecin de famille. Nous réitérons, cependant, que le manque d’accès actuel ne découle pas du fait que les médecins de famille ne travailleraient pas suffisamment, mais bien de l’organisation des soins en première ligne modulée par les différentes interventions gouvernementales de mandat en mandat.

Les faits

Les besoins de la population ont crû au fil des ans : augmentation de la longévité et de la survie des patientes et patients aux prises avec des maladies chroniques multiples, enjeux de santé mentale, complexité des suivis médicaux, pour ne nommer que ceux-là. Malheureusement, ces derniers ne sont pas pris en compte avec justesse dans la logique mathématique proposée par le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé. Dans les faits, les médecins de famille abordent souvent plusieurs problèmes à l’intérieur d’un même rendez-vous. C’est pourquoi le temps de consultation varie pour assurer une haute qualité de soins aux personnes que nous soignons.

Notre réalité

Le ministre Dubé, en bon gestionnaire, doit s’assurer de bien comprendre la réalité des médecins de famille, au Québec, qui n’œuvrent pas qu’en cabinet. En effet, la plupart d’entre nous travaillent aussi en établissements ‒ salles d’urgence, hospitalisation, soins intensifs, obstétrique, soins de longue durée, etc. ‒, y compris en soins à domicile. Nous répondons aux besoins urgents et émergents de nos communautés; la pandémie de COVID-19 en est un vibrant exemple.

Collaborons pour des soins de qualité

Nous prônons une réorganisation en profondeur des soins de première ligne afin de faciliter le travail d’équipe interprofessionnel, permettant ainsi au patient de voir le bon professionnel en temps opportun. Le faible taux de comblement de nos postes de résidence en médecine de famille et les nombreuses retraites à venir parmi nos collègues ne sont pas sans nous préoccuper sérieusement. Plus que jamais, il faut agir de concert, privilégier un sain dialogue, et valoriser ce travail si important.

Mission du CQMF

Le Collège québécois des médecins de famille (CQMF) a pour mission d’inspirer et soutenir les médecins de famille et leurs partenaires dans l’adoption de meilleures pratiques au bénéfice de la santé de la population. Il regroupe quelque 4 500 membres. Ses activités sont assurées par des médecins de famille bénévoles et engagés envers la profession et la collectivité. Le CQMF est l’aile québécoise du Collège des médecins de famille du Canada (CMFC), l’organisme professionnel responsable d’établir les normes et de procéder à l’agrément des programmes de formation postdoctorale en médecine de famille dans les 17 facultés de médecine du pays.

Source : Collège québécois des médecins de famille (CQMF)

Pour information : Linda Lévesque, responsable des communications, 450 973-2228; cellulaire : 514 242-8909; llevesque@cqmf.qc.ca

COMMUNIQUÉ

Le Collège québécois des médecins de famille (CQMF) salue les efforts du gouvernement du Québec pour assurer aux Québécoises et Québécois l’accès à une ou à un médecin de famille. Nous réitérons, cependant, que le manque d’accès actuel ne découle pas du fait que les médecins de famille ne travailleraient pas suffisamment, mais bien de l’organisation des soins en première ligne modulée par les différentes interventions gouvernementales de mandat en mandat.

Les faits

Les besoins de la population ont crû au fil des ans : augmentation de la longévité et de la survie des patientes et patients aux prises avec des maladies chroniques multiples, enjeux de santé mentale, complexité des suivis médicaux, pour ne nommer que ceux-là. Malheureusement, ces derniers ne sont pas pris en compte avec justesse dans la logique mathématique proposée par le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé. Dans les faits, les médecins de famille abordent souvent plusieurs problèmes à l’intérieur d’un même rendez-vous. C’est pourquoi le temps de consultation varie pour assurer une haute qualité de soins aux personnes que nous soignons.

Notre réalité

Le ministre Dubé, en bon gestionnaire, doit s’assurer de bien comprendre la réalité des médecins de famille, au Québec, qui n’œuvrent pas qu’en cabinet. En effet, la plupart d’entre nous travaillent aussi en établissements ‒ salles d’urgence, hospitalisation, soins intensifs, obstétrique, soins de longue durée, etc. ‒, y compris en soins à domicile. Nous répondons aux besoins urgents et émergents de nos communautés; la pandémie de COVID-19 en est un vibrant exemple.

Collaborons pour des soins de qualité

Nous prônons une réorganisation en profondeur des soins de première ligne afin de faciliter le travail d’équipe interprofessionnel, permettant ainsi au patient de voir le bon professionnel en temps opportun. Le faible taux de comblement de nos postes de résidence en médecine de famille et les nombreuses retraites à venir parmi nos collègues ne sont pas sans nous préoccuper sérieusement. Plus que jamais, il faut agir de concert, privilégier un sain dialogue, et valoriser ce travail si important.

Mission du CQMF

Le Collège québécois des médecins de famille (CQMF) a pour mission d’inspirer et soutenir les médecins de famille et leurs partenaires dans l’adoption de meilleures pratiques au bénéfice de la santé de la population. Il regroupe quelque 4 500 membres. Ses activités sont assurées par des médecins de famille bénévoles et engagés envers la profession et la collectivité. Le CQMF est l’aile québécoise du Collège des médecins de famille du Canada (CMFC), l’organisme professionnel responsable d’établir les normes et de procéder à l’agrément des programmes de formation postdoctorale en médecine de famille dans les 17 facultés de médecine du pays.

Source : Collège québécois des médecins de famille (CQMF); publié le 11 novembre 2021

Pour information : Linda Lévesque, responsable des communications, 450 973-2228; cellulaire : 514 242-8909; llevesque@cqmf.qc.ca

Solidarité et partage pour affronter la deuxième vague

Montréal, 2 novembre 2020 – « Nous lançons officiellement aujourd’hui la Communauté de pratique des médecins en CHSLD (CPMC) », annoncent les Dres Sophie Zhang et Élise Boulanger, coprésidentes du comité directeur de la CPMC. La communauté de pratique des médecins en centre d’hébergement et de soins de longue durée offre un lieu de communication entre médecins, de partage de ressources et de diffusion des meilleures pratiques en lien avec la COVID-19 dans les milieux de soins de longue durée.

« La deuxième vague est amorcée. La CPMC vise à mettre en lien des médecins de régions moins touchées par la COVID-19 avec d’autres médecins plus expérimentés. Il faut partager les leçons apprises ce printemps pour que tout le monde soit mieux outillé face à ce qui s’en vient », souligne la Dre Sophie Zhang.

Partager, soutenir et diffuser les meilleures pratiques

Mis en ligne depuis peu, le site Internet de la CPMC (www.cpmchsld.ca) a connu un trafic significatif. Jusqu’à maintenant, plus de 300 médecins de diverses régions du Québec sont devenus membres de la communauté. Le 16 octobre dernier, c’est plus d’une centaine d’entre eux qui participaient à un premier webinaire organisé par la CPMC intitulé Leçons de la pandémie, pour naviguer vers l’avenir des services et des soins aux personnes âgées, présenté par le Dr Quoc Dinh Nguyen, gériatre-interniste, auparavant à la tête du groupe d’experts des milieux de vie pour aînés et membre fondateur de la CPMC.

« Il faut revaloriser le travail en CHSLD, promouvoir la qualité des soins aux personnes âgées et garantir l’équité des ressources dans le système de santé. Avoir la possibilité de réseauter et d’échanger entre médecins est un pas dans la bonne direction », poursuit la Dre Élise Boulanger.

Pour améliorer les soins et les services en centre d’hébergement

La CPMC a été créée dans la foulée de la pandémie de COVID-19 au Québec. Cette crise sanitaire majeure a mis en lumière les besoins d’échange et de renforcement des liens entre médecins des CHSLD. L’idée de sa création est née des nombreux échanges entre des médecins de famille et des gériatres très impliqués pendant la première vague. Unis par leur engagement sur le terrain ainsi qu’à différents niveaux de gestion, les membres fondateurs ont voulu donner une voix plus forte aux CHSLD, jusque-là peu représentés dans les instances administratives, professionnelles et gouvernementales.

En septembre 2020, la CPMC a intégré les rangs du Collège québécois des médecins de famille (CQMF). Bien que la COVID-19 sera l’enjeu de l’année en cours, le comité directeur de la CPMC a l’intention de poursuivre ses activités bien au-delà de la pandémie, pour couvrir d’autres thématiques en lien avec les soins de longue durée.

Source : Communauté de pratique des médecins en CHSLD (CPMC)

Pour information : Dre Sophie Zhang, coprésidente, sophie.zhang.ccsmtl@ssss.gouv.qc.ca et Dre Élise Boulanger, coprésidente, elise.boulanger.med@ssss.gouv.qc.ca; Linda Lévesque, responsable des communications, CQMF, llevesque@cqmf.qc.ca, 514 242-8909.

Montréal, 4 juin 2019 – Le Collège québécois des médecins de famille (CQMF) annonce l’intronisation de sa nouvelle présidente, la Dre Caroline Laberge, qui a eu lieu officiellement le 31 mai dernier, à Montréal. Le mandat de la présidence est d’une durée de deux (2) ans.

Dre Caroline Laberge, en quelques mots

La Dre Caroline Laberge est médecin enseignante au GMF-U Laurier à Québec. Elle exerce la médecine de famille depuis 2005. Sa pratique inclut la prise en charge en GMF-U, les soins obstétricaux et périnataux, l’enseignement et la gestion. Elle a été directrice du GMF-U Laurier de 2015 à 2019.

Mission du CQMF

Le Collège québécois des médecins de famille (CQMF) a pour mission de soutenir les médecins de famille dans les meilleures pratiques cliniques et organisationnelles. Il regroupe plus de 4 500 membres. Ses activités sont assurées par des médecins de famille bénévoles et engagés envers la profession et la collectivité. Le CQMF est l’aile québécoise du Collège des médecins de famille du Canada (CMFC), l’organisme professionnel responsable d’établir les normes et de procéder à l’agrément des programmes de formation postdoctorale en médecine de famille dans les 17 facultés de médecine du pays.

Source : Collège québécois des médecins de famille (CQMF)

Pour information : Linda Lévesque, responsable des communications, 450 973-2228; cellulaire : 514 242-8909; llevesque@cqmf.qc.ca

Je suis membre parce que ...

 Je reçois le soutien nécessaire pour devenir un meilleur médecin, jour après jour 

Marie-Claude Moore, M.D., CCMF

 Les membres de cette grande famille me ressourcent et m’inspirent! 

Caroline Laberge, M.D., CCMF, FCMF

 Le CQMF me permet de développer un soutien concret aux jeunes médecins du Québec 

Dominique Deschênes, M.D., CCMF, FCMF

J'adhère